Amour

Puisque l’on ne peut pas, et comme on n’en a pas le droit

Comme tu es mon complice tout autant que mon supplice

Puisque mon amour ne verra jamais le jour,

Et que mon cœur ne résistera pas pendant des heures

Alors je pars

Mais pas un soir

Je ne pourrai t’oublier tout au fond de ma mémoire

Ton visage y est resté gravé

Un souvenir comme une fleur, qui ne pourra jamais faner

Je voudrais être un ange

Pour t’aider, te protéger

Je ne voudrais que tout change

Pour que l’on puisse s’aimer

Léa Martiano

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s