Pensée de ce seul soir

Le ciel noir gronde quand le mal s’en empare
La mer entre dans une danse macabre
que la pluie du diable accompagne
d’une musique infernale
musiciens maudits
que la terre vous enterre.
Pour l’eternite

Puis la terre s’ecroule
Les brasiers de la colere enflamme l’amour
Et les flammes de la jalousie consumme le monde
Pauvres gens aimants mourants errants
Sur une terre deserte denuée de passion
Dénuée d’espoir une île en perdition

Les cieux s’assombrissent lorsque les nymphes sonnent
Le glas; pour les anges c’est la fin
Les demons s’emparent de l’olympe
Le royaume des cieux n’ est qu’amertume et désolation

La solitude accompagne les grands êtres
L’aigle imperiale a perdu ses grandes ailes
s’échouant tel un cygne disgracieux
sur les gouffres amers.
Matin blême et âme grise
Laissez moi me perdre et me tromper
Laisser moi glisser dans le néant
Laissez moi m’échouer
Laissez moi forger mon destin que je puisse tracer mon chemin.

20140228-105859.jpg

Publicités

Une réflexion sur “Pensée de ce seul soir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s