Indiana Teller

J’ai beaucoup apprécié de plonger dans ce roman original, dont le personnage principal, pour une fois, est un garçon ! Quel plaisir de sortir des sentiers battus en matière de littérature jeunesse et de dire au revoir aux héroïnes habituelles. Ça change et de temps en temps, c’est nécessaire pour ne pas s’engluer dans un schéma trop répétitif. En plus, l’auteur nous fait ici découvrir un monde pas comme les autres, fantastique, intriguant, qui n’aura de cesse de surprendre le lecteur ! Deux bons points dès le départ, alors laissez-moi vous dire qu’en commençant ce livre, j’étais déjà enchantée …

Quel courage et quel génie de la part de l’auteure de n’avoir pas succomber à le mode vampirique ! Chapeau ! Elle est partie totalement à contre-courant de la mode en nous proposant un livre sur des créatures fantastiques finalement peu usitées en littérature jeunesse, voire en littérature tout court, les loup-garous. C’est clair qu’au début, on peut se demander si l’auteure n’a pas perdu la raison car, sur le papier et dans l’imaginaire collectif, les loup-garous sont loin d’attirer la sympathie des lecteurs … on a plutôt envie de les fuir à toutes jambes ! Il n’y a que le Professeur Lupin dans Harry Potter qui aura réussi ces dernières années à nous les rendre moins sauvages en leur redonnant un visage humain. Ici, l’auteure va encore plus loin en nous décrivant dans les moindres détails le monde secret et fascinant des loup-garous. Et quel bonheur de se laisser emporter dans cet univers à la fois fantastique et mystérieux ! C’est qu’on fini par s’y attacher à ces « petites bêtes » ! Enfin, les gentilles hein, parce que les autres, eh bien, on a toujours envie de les fuir à toutes jambes !

Grâce au narrateur, Indiana, et à ses explications, on est tout de suite plongé au coeur de la meute. On pénètre ainsi le monde étrange et extrêmement codifié des garous. C’est une leçon de survie et un subtil apprentissage de la politique et du pouvoir qui attend là le lecteur. En raison de son statut particulier de petit-fils du Seigneur des Loups, Indiana nous offre un point de vue unique sur la vie aux côtés du loup alpha. Tout simplement impressionnant ! Moi qui d’habitude n’aime pas les mises en place trop longues, je n’ai pas du tout été dérangée par l’attente de l’action … Même si les premières pages peuvent paraître un peu « lourdes » parce qu’elles regorgent d’informations, ça m’a tellement fascinée d’apprendre toutes ces choses sur la vie des garous que je n’ai pas vu le temps passé ! Au début du récit, Indiana nous raconte son enfance, enfant métisse, né d’un garou et d’une humaine, il n’a pas développé comme ses petits camarades ses « pouvoirs » de garou et se retrouve donc à part du reste de la bande tout en en faisant partie. Un peu compliqué mais en fait c’est très clair ! Il nous raconte donc comment il a appris à se comporter comme un garou, à adopter leurs codes, à les côtoyer, les apprécier, les comprendre, alors qu’il n’en est pas un. D’ailleurs, quand il parle des garous, il dit toujours « nous ». Après tout, il est le petit-fils de l’alpha, il appartient au clan, même si sa différence est marquée. Il nous apprend comment les garous vivent entre eux, leur hiérarchie, leurs coutumes, il met un terme aux idées fausses que l’on peut se faire sur ces créatures qui, d’un seul coup, deviennent plus humaines. J’ai adoré me plonger dans ces explications qui nous ouvrent les portes d’un monde peu connu mais plein de ressources !

Mais le coeur du roman, c’est surtout le personnage d’Indiana. Ah, bon alors là, je suis fan ! Déjà, du fait qu’il soit « différent » le rend finalement plus fort, plus intéressant, car sa situation si particulière amène beaucoup de rebondissements dans le roman, ce qui n’est pas négligeable. Ensuite, parce que j’apprécié beaucoup qu’un narrateur qui nous raconte sa vie à la première personne ait le sens de l’humour ! Et là, on est servit ! J’aime quand le héros sait faire preuve de dérision pour détendre l’atmosphère et alléger un peu le côté pesant du récit. Il m’a fait un peu pensé à Jasper dans « A comme Association » mais en nettement mieux ! Je me suis souvent prise à rire devant les pages de ce roman ! Un vrai bonheur ! En outre, le personnage d’Indiana a tout pour plaire ! Il a des cheveux « bizarres », il renifle les filles quand il les rencontre pour la première fois, il fait office de punching-ball, non vraiment, craquant je vous dis ! Bien sûr, son enfance n’a pas vraiment été toute rose et du coup, c’est un personnage marqué par la vie que nous a choisi l’auteur. Les personnages qui souffrent, on s’y attache toujours plus vite. Ici, ça a été immédiat. On voit Indiana essayer de s’adapter, ensuite de grandir pour enfin devenir un homme … Son enfance au ranch est surtout un long apprentissage. Il va apprendre aux côtés de son grand-père à comprendre les garous, aux côtés de ses « amis » à subir les attaques et les coups, aux côtés d’Axel, le semi, il va apprendre à les rendre et à se battre. Tout cet apprentissage lui a permis de s’endurcir quelque part mais aussi de se révéler …

Arrive au sortir de l’enfance, le moment fatidique ou le héros devient grand. Ici, c’est l’heure pour Indiana d’intégrer le monde des humains, à l’université. Et c’est là que vont vraiment commencer ses aventures. Seul dans le vaste monde, il va devoir affronter bien plus de dangers qu’il ne le pensait. Mais avant ça, il va rencontrer Katerina. Ah, évidemment, c’est un roman, il faut donc un peu de romance ! Et là, on est tombé sur le garçon le plus fleur bleue de la planète, oui mesdames ! J’ai bien ri en tout cas, c’était trop mignon. Non sérieusement, j’ai beaucoup aimé voir notre Indiana tombé amoureux … d’une humaine ! Chose totalement interdite par son clan justement depuis sa naissance ! On ne se refait pas ! le pauvre, il tombe sous le charme de la « seule » fille qui lui est interdite. Pas facile tout ça. Alors, il essaie tant bien que mal de résister mais le mal est fait au premier regard. J’ai adoré voir leur relation évoluer, d’autant que le personnage de Katerina a elle aussi une vie pas facile qui la rend attachante … de même, elle est plutôt combative, courageuse et n’a pas la langue dans sa poche. Elle lui tient tête en quelque sorte et ensemble, ils forment vraiment un couple intéressant et loin de nous ennuyer ! Il se passe toujours quelque chose avec eux ! J’ai d’ailleurs adoré la fin, dans l’arène et juste après, mais je ne dis rien … On a hâte de les voir ensemble ces deux-là pour de bon, même si c’est interdit, après tout, certaines règles sont là pour être enfreintes pas vrai ?

A côté de ça, le personnage d’Indiana monte en puissance une fois en « liberté ». C’est très intéressant de le voir prendre conscience de ses « pouvoirs ». Il a beau ne pas être un garou à part entière, il a le sang d’un garou dans les veines ! Ca laisse des traces. Peu à peu l’action s’accélère, le roman prend de la vitesse et il devient impossible de le lâcher. Tout se déroule si vite, les évènements s’enchaînent vite et l’ensemble forme une intrigue palpitante. On sent le danger, la menace, en permanence, c’est oppressant par moments mais dans le bon sens, car ça accroche le lecteur, on a envie de savoir qui a tenté de tuer Indiana, pourquoi, qu’est-ce qui va se passer ensuite ? Tant de questions et si peu de réponses … tout ça viendra dans le tome 2 je suppose. Quel suspens ! L’auteur sait entretenir l’intérêt du lecteur avec talent ! On découvre ainsi les nouvelles capacités d’Indiana, que lui-même ignorait pour la plupart, on le voit prendre de l’assurance, se comporter presque comme un alpha, finalement, il devient une sorte de chef de clan à son tour, il prend de l’autorité et ça lui va bien. C’est un personnage que l’on prend plaisir à suivre, à voir grandir, surtout que ce qu’il devient semble logique, prédestiné. Voilà, c’est ça aussi qui m’a plu dans ce livre, le côté réaliste. Rien ne m’a paru farfelu ou hors sujet, tout était vraiment bien cadré, ancré dans un réalisme étonnant, tout concordait, rien n’était de trop. Tout était juste, mesuré, du coup, je trouve que ça donne un côté plus « puissant » au texte, car tout de suite, le lecteur est intrigué, happé par l’histoire, elle semble plausible, rien n’est trop gros pour que la lecture soit gâchée. C’est juste idéal !

J’allais oublié de vous parler des autres personnages du livre, que j’ai beaucoup aimé aussi car, pour une fois, je les ai trouvé chacun à leur manière très bien développés et pas du tout instrumentalisés ! D’abord, il y a Nanny, une louve qui veille sur Indiana depuis sa naissance, c’est sa mère en quelque sorte, je l’adore ! Très protectrice envers son petit, elle lui apporte le côté « sentimental » dont il a tant besoin et lui donne parfois quelques réponses aux questions qu’il se pose. Elle m’a fait beaucoup rire quand elle a rencontré Seamus, mais chut ! Ensuite il y a Chuck, j’aime beaucoup ce personnage, auquel on s’attache fatalement, partagé entre son amitié sincère pour Indiana et les ordres qui lui viennent de son alpha, il n’a pas un rôle facile mais il s’en acquitte en apportant une dose supplémentaire d’humour et de légèreté au texte, ce qui n’est pas négligeable, même s’il sait être sérieux quand c’est nécessaire. Il y aussi Axel, le semi, mi homme mi garou, qui entraîne Indiana et qui lui apprend à se battre. Il cache un lourd passé aussi, il est l’esprit vengeur du texte et on sent qu’il va sans doute apporter quelques surprises supplémentaires dans le tome suivant. Un noir vêtu de cuir noir, baraqué, dangereux, c’est le seul qui m’est paru un peu cliché dans le texte au départ … Il y a aussi Tyler, le prétendant de Katerina et accessoirement le fils du pire ennemi d’Indiana … que dire ? Que j’aurais aimé que ces deux-là deviennent amis ? En tout cas, le personnage de Tyler est complexe, lui aussi, et je pense qu’il a encore pas mal de choses à nous révéler ! Pour finir, je vous parlerai des grand-parents d’Indiana, le personnage de la grand-mère finalement est peu développé, c’est surtout le grand-père, le chef, qui est mis en avant, logique. J’ai beaucoup aimé chez lui l’opposition entre le chef implacable et le grand-père affectueux. Un personnage très attachant aussi … Décidément, ils le sont tous ! Forcément, ces personnages sont vraiment bien construits et on a tout de suite envie de les connaître un peu plus … surtout qu’ils ont tous des petits secrets à nous révéler ! J’adore cette galerie de personnages créée par l’auteure, c’est un régal !

Vous l’aurez compris, j’ai adoré ce roman qui m’a plongée dans un monde fantastique et méconnu, qui m’a appris à mieux connaître ces créatures mal-aimées et pourtant attachantes, et qui m’a permis de rencontrer un héros intriguant et unique. J’ai tout simplement hâte de lire le tome 2 pour voir ce qui va se passer par la suite pour Indiana. L’auteure a fait monter la pression tout au long de ce premier tome et la fin laisse présager de nouvelles aventures palpitantes pour la suite ! Si vous n’avez pas encore lu Indiana Teller, je vous conseille de le faire, vous ne le regretterez pas !

Publicités

2 réflexions sur “Indiana Teller

  1. oui oui oui elle est vrmnt super il faut la lire en plus c’est bien plus mure et innovateur que Tara Duncan on trouve un autre genre d’écriture de la part de l’auteur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s