« Phaenix. Volume 1, Les cendres de l’oubli » de Carina Rozenfeld

L’histoire se passe en France ! Anaïa (quel joli prénom elle quitte la vie mouvementée de Paris pour le soleil de Provence ! Le jour et la nuit). Anaïa intègre une fac où il fait bon flâner entre les cours. De plus elle est douée pour le théâtre qu’elle a pris en option et le violoncelle qu’elle pratique depuis l’enfance. Dans sa fac, deux garçons n’ont d’yeux que pour elle : Le ténébreux et mélancolique Eidan et le chaleureux Enry aux yeux rieurs. Viennent s’ajouter des rêves étranges plus vrais que nature et des oiseaux sortis tout droit de la mythologie.

les cendres de l'oubli

L’auteure a également accordé une grande place à la musique, Anaïa étant mélomane dans l’âme. C’est agréble et on y retrouve autant Sia (Breathe me ), The Police (Roxaaaanne ), Scorpions (still loving youuu), que Chopin ou Téléphone (La Bombe humaine ). Les lecteurs peuvent même flasher un code pour écouter la playlist.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s