« Le crime du comte Neville » d’Amélie Nothomb

Cette année, Amélie Nothomb fait sa rentrée avec un conte de fées virant à la tragédie grecque. « Le crime du comte Neville » raconte l’histoire d’une jeune châtelaine mal dans sa peau, qui cherche à se faire assassiner par son père, pour aider ce dernier à réaliser sans dommages la prédiction d’une voyante rencontrée à l’issue d’une fugue qui n’en est pas une.

index

Amélie Nothomb raconte avec humour, et esprit, les affres dans lesquelles est plongé le comte Neville par cette prédiction d’un crime qu’il commettra lors de sa dernière garden-party au Pluvier. C’est à proprement parler désopilant comme la satire pleine d’affection qu’elle fait de la noblesse belge à laquelle elle appartient. La fin fait même rire aux larmes, car elle est… burlesque.

Comme toujours chez Nothomb, la mélancolie et les pesanteurs de l’enfance affleurent sous une apparente légèreté, faite d’humour et d’élégance

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s