Comme un conte de Graham Joyce

comme un conte

Tara n’avait que 16 ans au moment de sa disparition.  Lorsqu’elle réapparaît, le jour de Noël, à la porte de la maison familiale, Mary et Dell, ses parents n’en croient pas leurs yeux. Cachée derrière une paire de lunettes noires, la jeune fille ne semble pas avoir pris une ride malgré les 20 années qui se sont écoulées.  Ses premières tentatives d’explication n’étant pas très convaincantes, elle leur révèle avoir été enlevée par des fées… Une vérité difficilement acceptable pour ses proches…

« Comme un conte » apparaît comme un roman particulièrement fluide qui parvient à happer le lecteur, à s’intéresser aux personnages, à tourner les pages les unes après les autres.

Nous sommes en effet sur l’impalpable frontière entre le réel et le conte. Une frontière où domine la magie, une magie.

« Si vous voulez que vos enfants soient intelligents, lisez-leur des contes de fées. Si vous voulez qu’ils soient encore plus intelligents, lisez-leur encore plus de contes de fées. » (Albert Einstein)

Bonne lecture !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s