La Maison de La Nuit.

« Dans un monde qui pourrait être le nôtre vit Zoey Redbird, une adolescente presque comme les autres…

Un soir après les cours, un jeune homme inquiétant s’approche d’elle. Soudain, il la désigne du doigt et lui dit : «Zoey, ta mort sera ta renaissance, ton destin t’attend à la Maison de la Nuit». À ces mots, une marque mystérieuse apparaît sur son front. Zoey est terrifiée mais – elle le sait – elle doit intégrer le pensionnat où sont formés les futurs vampires, pour y réussir sa Transformation ou… mourir. »

Encore un livre de vampire me suis-je dis quand je l’ai vu la première fois en bibliothèque , un second « twilght » si je puis dire et je commençais déjà à m’ennuyer, cependant,même si au début on peut ne pas être convaincu par l’histoire, il faut s’accrocher et poursuivre sa lecture sous peine de manquer l’impressionnante nouvelle saga inédite et terriblement originale!

Le lecteur découvre en même temps que Zoé l’univers de la Maison de la nuit, ses secrets les plus sombres, les cours, les autres élèves, la magie …. On vibre, on a peur, on retient son souffle, on jubile aux mesquineries typiquement féminines,on salive devant les amours de cette jeune fille (la description et sa clareté me fait saliver , les filles je vous laisse deviner la suite *-*) :ce livre est un pur moment de bonheur et d’extase.
Un des points important du livre est la magie qui est mêlée à merveille au monde vampirique. Les 2 se côtoient sans que cela ne soit choquant. Vous ne pourrez qu’avoir envie d’en savoir plus sur les rituels qui sont tout particulièrement bien écrit et font penser à ceux des Amerindiens.
Les personnages sont extrêmement attachants, on sent vraiment que chacun d’eux a été recherché précautionnesement pour en faire des inédits ,vous tomberez sous le charme d’au moins l’un d’entre eux et peut être même vous reconnaitrez vous.

Dans toutes les histoires il y a bien sûr une petite garce entourée de sa troupe de recopieuse et stéréotypée alors je suis désolée les filles mais visiblement pour mettre un peu plus de piquant dans cette histoire , l’auteur a décidé de créer une vraie peste : Aphrodite.Je vais vous laisser le temps de la découvrir petit à petit même si à mon avis nous avons tous cette « Aphrodite » chez nous.

Evidemment Zoey notre héroine est entourée de nombreux garçons qui l’adorent et feraient tout pour elle , que ce soit son ancien petit ami humain, son nouvel amoureux vampire ou même des professeurs , cette demoiselle aime bien les harems (je suis sure que certaines en seront jalouses).

L’écriture est pas mal , elle reste simple et compréhensible mais surtout très claire.Au final je recommande chaudement ce livre qui est assez nouveau comme style d’histoire vampirique avec de nouveaux éléments sur le sang et l’effet produit sur les humains mais….Chut!

Je vous laisse découvrir par vous même l’appel du sang si irrésistible…

Publicités

« Hush Hush »

Vendu plus d’un an avant sa sortie dans plus de vingt pays, Hush, Hush nous entraîne au coeur d’un conflit millénaire : celui des anges déchus contre les Nephilim, qui sont à la fois des anges anges mais aussi des humains.

Dans la ville brumeuse de Portland, Nora tente de mener une vie ordinaire depuis la mort violente de son père. Lors d’un cours de biologie, elle fait la connaissance de Patch. Il est séduisant, mystérieux, toutes les filles en sont folles, mais Nora est perplexe. Comment Patch peut-il en savoir autant sur son compte ? Pourquoi est-il toujours sur sa route quand elle cherche à l’éviter ? Sans le savoir, Nora se retrouve au beau milieu d’un combat séculaire agitant des êtres dont elle ne soupçonnait même pas l’existence. Et en tombant amoureuse de Patch, elle va découvrir que la passion peut être fatale.

C’est mon premier livre de romance avec des anges déchus et seul Dieu sait combien il m’a plut , combien il m’a transporté,ravi fait rêver et encore tellement de sentiments d’extase!
On ne se plonge pas dans l’histoire où l’ange gardien est si beau et si protecteur, NON, on se plange dans une l’histoire d’ un ange déchu beau, sensuel plein de mystère et de passion.
(Je suis tombé complément amoureuse de Patch. Pourquoi n’est-il pas réel ?)

Quant à Nora, c’est une fille attachante avec du caractère (oui ce n’est pas une demoiselle en détresse pour une fois) mais qui reste simple, elle prend ses propres décisions,nh’ésite pas à montrer les crocs et surtout fait face à Patch sans perdre son sang-froid.Personellement j’adore ce nouveua prototype de fille qui n’est pas faible et vulnérable mais qui au contraire se bat pour ce qu’elle souhaite et fait partie intégrale de la bataille. D’ailleurs,sa meilleure amie et tout à fait le stéréotype de « l’amie parfaite » qui nous aidera en toute cisconstance bien qu’étant frivole et quelques peu écervelées sur les bords,elle restera présente pour notre héroine et nous fera bien rire.

A propos de l’écriture, l’histoire est bien écrite,ce n’est ni trop simple ni trop complexe et à aucun moment on s’ennuie.L’auteure sait nous tenir en haleine jusqu’à la fin et surtout dans les moments ou nos deux personnes se retrouvent dans des situations assez…. ( DEVINEZ les filles, je suis sure quevous allez adorer!!! ).  Pour finir,j’ai adoré partir à la rencontre des anges et des néphilims qui se battent pour retrouver leurs libertés lisez ce livre avec gourmandise et faites attention à ne pas vous brûlez les ailes de plaisir.

YANKOV

Yankov…

Voilà un prénom que je retiendrai et qui se trouve être le titre d’un incroyable témoignage de Rachel Hausfater.

Yankov est un des rescapés des camps de la mort; avec d’autres comme lui, ils sont recueillis dans une maison d’enfants. Mais comment redevenir un enfant quand on a vécu l’horreur ?

L’écriture poétique  de l’auteur restitue avec acuité les pensées et les émotions de ces enfants rendus sauvages et qui ont presque tout oublié de la tendresse, de la tranquillité, et qu’une faim constante dévore.A travers ce récit dramatique et bouleversant, Rachel Hausfater rend hommage aux enfants rescapés des camps, squelettiques, affamés et seuls au monde qui sont arrivés malgré toutes les horreurs endurées à devenir par la suite des hommes et des femmes accomplis ( pour la plupart mais malheureusement pas tous). La puissance des mots est remarquable puisque les larmes coulent aussi souvent que les chapitres s’enchaînent.Ce récit est Remarquable.Rachel Hausfater nous raconte l’histoire authentique de ces enfants à qui on a volé cette enfance sacrée et qui doivent réapprendre à redevenir eux-mêmes: libres et insouciants, après avoir vécu l’horreur. L’écriture est de toute beauté. Cela cogne dur et fort, ça vous noue parfois l’estomac. C’est un texte admirable, poignant, à recommander à partir de 14 ans.

« On a tout perdu.Et on est tous perdus.

Mais quand même,on est là.

Orphelins,mal en point,malheureux.

Des miettes d’enfants.

Mais vivants. »

Indiana Teller

J’ai beaucoup apprécié de plonger dans ce roman original, dont le personnage principal, pour une fois, est un garçon ! Quel plaisir de sortir des sentiers battus en matière de littérature jeunesse et de dire au revoir aux héroïnes habituelles. Ça change et de temps en temps, c’est nécessaire pour ne pas s’engluer dans un schéma trop répétitif. En plus, l’auteur nous fait ici découvrir un monde pas comme les autres, fantastique, intriguant, qui n’aura de cesse de surprendre le lecteur ! Deux bons points dès le départ, alors laissez-moi vous dire qu’en commençant ce livre, j’étais déjà enchantée …

Quel courage et quel génie de la part de l’auteure de n’avoir pas succomber à le mode vampirique ! Chapeau ! Elle est partie totalement à contre-courant de la mode en nous proposant un livre sur des créatures fantastiques finalement peu usitées en littérature jeunesse, voire en littérature tout court, les loup-garous. C’est clair qu’au début, on peut se demander si l’auteure n’a pas perdu la raison car, sur le papier et dans l’imaginaire collectif, les loup-garous sont loin d’attirer la sympathie des lecteurs … on a plutôt envie de les fuir à toutes jambes ! Il n’y a que le Professeur Lupin dans Harry Potter qui aura réussi ces dernières années à nous les rendre moins sauvages en leur redonnant un visage humain. Ici, l’auteure va encore plus loin en nous décrivant dans les moindres détails le monde secret et fascinant des loup-garous. Et quel bonheur de se laisser emporter dans cet univers à la fois fantastique et mystérieux ! C’est qu’on fini par s’y attacher à ces « petites bêtes » ! Enfin, les gentilles hein, parce que les autres, eh bien, on a toujours envie de les fuir à toutes jambes !

Grâce au narrateur, Indiana, et à ses explications, on est tout de suite plongé au coeur de la meute. On pénètre ainsi le monde étrange et extrêmement codifié des garous. C’est une leçon de survie et un subtil apprentissage de la politique et du pouvoir qui attend là le lecteur. En raison de son statut particulier de petit-fils du Seigneur des Loups, Indiana nous offre un point de vue unique sur la vie aux côtés du loup alpha. Tout simplement impressionnant ! Moi qui d’habitude n’aime pas les mises en place trop longues, je n’ai pas du tout été dérangée par l’attente de l’action … Même si les premières pages peuvent paraître un peu « lourdes » parce qu’elles regorgent d’informations, ça m’a tellement fascinée d’apprendre toutes ces choses sur la vie des garous que je n’ai pas vu le temps passé ! Au début du récit, Indiana nous raconte son enfance, enfant métisse, né d’un garou et d’une humaine, il n’a pas développé comme ses petits camarades ses « pouvoirs » de garou et se retrouve donc à part du reste de la bande tout en en faisant partie. Un peu compliqué mais en fait c’est très clair ! Il nous raconte donc comment il a appris à se comporter comme un garou, à adopter leurs codes, à les côtoyer, les apprécier, les comprendre, alors qu’il n’en est pas un. D’ailleurs, quand il parle des garous, il dit toujours « nous ». Après tout, il est le petit-fils de l’alpha, il appartient au clan, même si sa différence est marquée. Il nous apprend comment les garous vivent entre eux, leur hiérarchie, leurs coutumes, il met un terme aux idées fausses que l’on peut se faire sur ces créatures qui, d’un seul coup, deviennent plus humaines. J’ai adoré me plonger dans ces explications qui nous ouvrent les portes d’un monde peu connu mais plein de ressources !

Mais le coeur du roman, c’est surtout le personnage d’Indiana. Ah, bon alors là, je suis fan ! Déjà, du fait qu’il soit « différent » le rend finalement plus fort, plus intéressant, car sa situation si particulière amène beaucoup de rebondissements dans le roman, ce qui n’est pas négligeable. Ensuite, parce que j’apprécié beaucoup qu’un narrateur qui nous raconte sa vie à la première personne ait le sens de l’humour ! Et là, on est servit ! J’aime quand le héros sait faire preuve de dérision pour détendre l’atmosphère et alléger un peu le côté pesant du récit. Il m’a fait un peu pensé à Jasper dans « A comme Association » mais en nettement mieux ! Je me suis souvent prise à rire devant les pages de ce roman ! Un vrai bonheur ! En outre, le personnage d’Indiana a tout pour plaire ! Il a des cheveux « bizarres », il renifle les filles quand il les rencontre pour la première fois, il fait office de punching-ball, non vraiment, craquant je vous dis ! Bien sûr, son enfance n’a pas vraiment été toute rose et du coup, c’est un personnage marqué par la vie que nous a choisi l’auteur. Les personnages qui souffrent, on s’y attache toujours plus vite. Ici, ça a été immédiat. On voit Indiana essayer de s’adapter, ensuite de grandir pour enfin devenir un homme … Son enfance au ranch est surtout un long apprentissage. Il va apprendre aux côtés de son grand-père à comprendre les garous, aux côtés de ses « amis » à subir les attaques et les coups, aux côtés d’Axel, le semi, il va apprendre à les rendre et à se battre. Tout cet apprentissage lui a permis de s’endurcir quelque part mais aussi de se révéler …

Arrive au sortir de l’enfance, le moment fatidique ou le héros devient grand. Ici, c’est l’heure pour Indiana d’intégrer le monde des humains, à l’université. Et c’est là que vont vraiment commencer ses aventures. Seul dans le vaste monde, il va devoir affronter bien plus de dangers qu’il ne le pensait. Mais avant ça, il va rencontrer Katerina. Ah, évidemment, c’est un roman, il faut donc un peu de romance ! Et là, on est tombé sur le garçon le plus fleur bleue de la planète, oui mesdames ! J’ai bien ri en tout cas, c’était trop mignon. Non sérieusement, j’ai beaucoup aimé voir notre Indiana tombé amoureux … d’une humaine ! Chose totalement interdite par son clan justement depuis sa naissance ! On ne se refait pas ! le pauvre, il tombe sous le charme de la « seule » fille qui lui est interdite. Pas facile tout ça. Alors, il essaie tant bien que mal de résister mais le mal est fait au premier regard. J’ai adoré voir leur relation évoluer, d’autant que le personnage de Katerina a elle aussi une vie pas facile qui la rend attachante … de même, elle est plutôt combative, courageuse et n’a pas la langue dans sa poche. Elle lui tient tête en quelque sorte et ensemble, ils forment vraiment un couple intéressant et loin de nous ennuyer ! Il se passe toujours quelque chose avec eux ! J’ai d’ailleurs adoré la fin, dans l’arène et juste après, mais je ne dis rien … On a hâte de les voir ensemble ces deux-là pour de bon, même si c’est interdit, après tout, certaines règles sont là pour être enfreintes pas vrai ?

A côté de ça, le personnage d’Indiana monte en puissance une fois en « liberté ». C’est très intéressant de le voir prendre conscience de ses « pouvoirs ». Il a beau ne pas être un garou à part entière, il a le sang d’un garou dans les veines ! Ca laisse des traces. Peu à peu l’action s’accélère, le roman prend de la vitesse et il devient impossible de le lâcher. Tout se déroule si vite, les évènements s’enchaînent vite et l’ensemble forme une intrigue palpitante. On sent le danger, la menace, en permanence, c’est oppressant par moments mais dans le bon sens, car ça accroche le lecteur, on a envie de savoir qui a tenté de tuer Indiana, pourquoi, qu’est-ce qui va se passer ensuite ? Tant de questions et si peu de réponses … tout ça viendra dans le tome 2 je suppose. Quel suspens ! L’auteur sait entretenir l’intérêt du lecteur avec talent ! On découvre ainsi les nouvelles capacités d’Indiana, que lui-même ignorait pour la plupart, on le voit prendre de l’assurance, se comporter presque comme un alpha, finalement, il devient une sorte de chef de clan à son tour, il prend de l’autorité et ça lui va bien. C’est un personnage que l’on prend plaisir à suivre, à voir grandir, surtout que ce qu’il devient semble logique, prédestiné. Voilà, c’est ça aussi qui m’a plu dans ce livre, le côté réaliste. Rien ne m’a paru farfelu ou hors sujet, tout était vraiment bien cadré, ancré dans un réalisme étonnant, tout concordait, rien n’était de trop. Tout était juste, mesuré, du coup, je trouve que ça donne un côté plus « puissant » au texte, car tout de suite, le lecteur est intrigué, happé par l’histoire, elle semble plausible, rien n’est trop gros pour que la lecture soit gâchée. C’est juste idéal !

J’allais oublié de vous parler des autres personnages du livre, que j’ai beaucoup aimé aussi car, pour une fois, je les ai trouvé chacun à leur manière très bien développés et pas du tout instrumentalisés ! D’abord, il y a Nanny, une louve qui veille sur Indiana depuis sa naissance, c’est sa mère en quelque sorte, je l’adore ! Très protectrice envers son petit, elle lui apporte le côté « sentimental » dont il a tant besoin et lui donne parfois quelques réponses aux questions qu’il se pose. Elle m’a fait beaucoup rire quand elle a rencontré Seamus, mais chut ! Ensuite il y a Chuck, j’aime beaucoup ce personnage, auquel on s’attache fatalement, partagé entre son amitié sincère pour Indiana et les ordres qui lui viennent de son alpha, il n’a pas un rôle facile mais il s’en acquitte en apportant une dose supplémentaire d’humour et de légèreté au texte, ce qui n’est pas négligeable, même s’il sait être sérieux quand c’est nécessaire. Il y aussi Axel, le semi, mi homme mi garou, qui entraîne Indiana et qui lui apprend à se battre. Il cache un lourd passé aussi, il est l’esprit vengeur du texte et on sent qu’il va sans doute apporter quelques surprises supplémentaires dans le tome suivant. Un noir vêtu de cuir noir, baraqué, dangereux, c’est le seul qui m’est paru un peu cliché dans le texte au départ … Il y a aussi Tyler, le prétendant de Katerina et accessoirement le fils du pire ennemi d’Indiana … que dire ? Que j’aurais aimé que ces deux-là deviennent amis ? En tout cas, le personnage de Tyler est complexe, lui aussi, et je pense qu’il a encore pas mal de choses à nous révéler ! Pour finir, je vous parlerai des grand-parents d’Indiana, le personnage de la grand-mère finalement est peu développé, c’est surtout le grand-père, le chef, qui est mis en avant, logique. J’ai beaucoup aimé chez lui l’opposition entre le chef implacable et le grand-père affectueux. Un personnage très attachant aussi … Décidément, ils le sont tous ! Forcément, ces personnages sont vraiment bien construits et on a tout de suite envie de les connaître un peu plus … surtout qu’ils ont tous des petits secrets à nous révéler ! J’adore cette galerie de personnages créée par l’auteure, c’est un régal !

Vous l’aurez compris, j’ai adoré ce roman qui m’a plongée dans un monde fantastique et méconnu, qui m’a appris à mieux connaître ces créatures mal-aimées et pourtant attachantes, et qui m’a permis de rencontrer un héros intriguant et unique. J’ai tout simplement hâte de lire le tome 2 pour voir ce qui va se passer par la suite pour Indiana. L’auteure a fait monter la pression tout au long de ce premier tome et la fin laisse présager de nouvelles aventures palpitantes pour la suite ! Si vous n’avez pas encore lu Indiana Teller, je vous conseille de le faire, vous ne le regretterez pas !

ENFERNITE.

enfernite,-tome-1-231270

 

« Six mois que Nikki a disparu, sans laisser de traces. Six mois qu’elle a, par désespoir, abandonné Jack. Six mois qu’elle a passés enfermée aux côtés de Cole, dans un monde entre morts et vivants,mais Nikki est de retour et elle doit faire un choix: Mourir auprès de Jack, ou vivre pour toujours avec Cole, en Enfernité ?!

Tout commence avec Nikki, une jeune fille qui vient de passer un siècle en Enfernité en tant que Transfuge de Cole, un Enfernaute. Elle revient sur terre, là où seulement six mois se sont écoulés depuis son départ, et tente de reprendre sa vie d’avant. Elle va vite se rendre compte que c’est impossible, que tout a changé durant son absence et qu’un choix se présente à elle: un choix définitif et terrible. Mais je n’en dis pas plus, je préfère vous laisser découvrir; l’histoire va mêler un peu de mythologie grecque ce qui n’est pas pour me déplaire puisque j’aime beaucoup ses histoires.

Cette lecture n’est pas pleine d’action mais on ne peut pourtant pas la lâcher. Le rythme est accrocheur et les relations entre les personnages sont vraiment magiques. On en attend toujours plus, on veut toujours aller plus loin, découvrir la suite et savoir le fin mot de l’histoire.

Et quel mot ! 

La fin vous prend aux tripes et vous laisse complètement abasourdi même si ce n’est pas totalement inattendu. L’auteur a su parfaitement m’emporter dans son univers et donner à son roman une dimension mythique qui s’associe à une des plus jolies histoires d’amour que j’ai pu lire. Le style clair et fluide fait passer de l’excitation de la découverte savamment distillée tout du long, à l’amour infini, mais aussi à la tristesse extrême et l’angoisse.

Si cette histoire vous a transporté,cherchez l’histoire d’Eurydice et Orphée qui fera palpiter votre coeur d’émotions douloureuses et passionées; enfernité rappel et met en relation la mythologie grecque si riche en histoire d’amour tragique.

 

 

TES MOTS SUR MES LEVRES.

 

tes mots sur mes lèvres

Je m’appelle Nastya.

Voilà 452 jours que je ne parle plus. A personne.
Depuis que quelqu’un m’a volé ma vie et ma seule passion.

Dans mon nouveau lycée, personne ne sait qui je suis et tout le monde me fuit.
Sauf Josh Bennet.

Il est toujours seul comme moi.
Un jour, il me parle.
Et ma vie change.
Encore une fois…

Cela fait maintenant deux ans que Nastya, 17 ans, ancienne joueusede piano surdouée, s’est murée dans le silence après une agression. Plus un mot ne franchit ses lèvres. Jusqu’au jour où elle rencontre Josh, un garçon de son âge terriblement maltraité par la vie. Entre les deux, une amitié  s’installe, et bientôt des sentiments plus forts encore. Nastya se remet doucement à parler. Josh retrouve l’envie de sourire. Mais les deux amoureux s’inquiètent de ce bonheur inattendu, persuadés que tôt ou tard, ils devront en payer le prix.

Leur passion sera- t-elle plus forte que la peur de tout perdre une nouvelle fois ?

Ce livre est le premier roman de Katja Milay qui a magnifiquement retranscrit les émotions des personnages en utilisant une double narration qui nous permet de comprendre clairement chaque pensée des protagonistes à tout moment.Nastya est une jeune fille dévastée par son agression qui l’empêche désormais de jouer du piano qui était sa raison de vivre,elle possède une véritable obsession sur la signification des prénoms qui nous permettent de découvrir un autre morceau de cette nouvelle personnalité qu’elle tente de construire.Josh a subit lui aussi un traumatisme quant à la perte de sa famille,le fait qu’il soit seul au monde,ne parle à personne est reste dans son coin jusqu’au jour ou Nastya apparaît et transforme son univers ; il ne pourra plus jamais se passer d’elle et c’est qu’une histoire d’amour idyllique prend formeles personnages sont fermés.

Nastya et Josh sont deux jeunes gens qui se sentent en marge de la société, marqués par la vie, ils estiment qu’ils n’ont pas droit au bonheur. C’est seulement en se rapprochant qu’ils vont comprendre le poids de leur solitude et le besoin de faire peau neuve, mais il faudra énormément de temps et de patience pour en tirer de telles conclusions !.Bien sûr,il y aura un petit triangle amoureux avec le seul et meilleur ami de Josh , mais cela ne perturbera pas leur histoire pour notre plus grand bonheur à tous ( et le mien quand je l’ai lu :p ).

Je ne pourrais pas vous le dire autrement, ce livre m’a bouleversé alors même que l’auteur prend le temps d’installer son décor. Chaque détail, chaque mot est justement posé pour vous permettre de comprendre l’ampleur de la situation. Il faut reconnaître que je ne suis pas connue pour apprécier les histoires qui tournent en rond, et finissent par s’emmêler. 

Le mystère qui entoure Nastya concernant son traumatisme nous est judicieusement caché pendant une bonne partie du livre, l’auteure ne nous dévoilant que quelques bribes, pour nous offrir un contraste saisissant entre celui dont souffre Josh, qui nous est tout de suite relaté. Même à ce stade je n’ai pas flanché, en fait je n’ai même pas essayé de chercher les explications sur ce fameux jour où la vie de Nastya a basculé. 

Toutefois, ne vous imaginez pas avoir à faire à un récit de vie larmoyant, puisque notre héroïne,bien que muette, n’en reste pas moins percutante et drôle dans un certains sens. Elle n’est pas totalement « lobotomisée » et apathique concernant sa situation. Elle ne fera sans doute pas les meilleurs choix, mais elle a un but, même s’il est discutable.

En conclusion,je trouve ce livre douloureux,mais très romantique: il nous tient en haleine jusqu’à la fin et nous fait ressentir toutes sortes d’émotions; je recommande avec intensité de lire ce roman qui est une belle réussite; donc n’attendez plus et plongez vous dans l’histoire de Josh et Nastya je peux vous garantir que vous ne le regretterez pas.

 

GEEK GIRL.

Geek girl

Je viens vous parler aujourd’hui d’un livre de Holly Smale qui nous fait redécouvrir l’histoire du vilain petit canard se transformant en un cygne majestueux.J’aime autant le signaler tout de suite,ce livre est spécialement écrit pour les personnes en manque de confiance:

Harriet est anglaise. Elle est une « Geek » et a pour seule amie, Nat qui rêve de devenir mannequin … Mais c’est elle,qui contre toute attente est choisie pour embrasser cette carrière, avec un mentor fantasque et un garçon-lion comme acolyte !

A 15 ans, une nouvelle vie mais aussi de nouveaux problèmes s’ouvrent devant elle…

Son contrat de mannequinat va t-il l’aider à réussir sa métamorphose ou bien Harriet restera-t-elle une Geek, pleine d’humour mais plutôt solitaire ?

Le lecteur suit avec beaucoup de joie Harriet dans ses tribulations. Qu’elle soit sur un plateau de défilé à tenter de comprendre les règles de la profession, à l’école à essayer de survivre ou bien dans sa famille à décoder les rapports entre son père et sa belle-mère Annabelle, Harriet nous entraîne par son énergie et sa détermination à vouloir se faire une meilleure place en société.Ma première surprise est survenue lors de la découverte de la définition qu’Holly Smale a attribuée au mot « GEEK ». Très loin des clichés de notre société moderne, des garçons accrocs aux jeux-vidéos, ordinateurs ou invention électronique quelconque, l’auteure choisie de présenter une jeune fille intelligente, voire surdouée, aliénée de la société, différente des autres adolescents de son âge, désireuse d’apprendre et de compléter son intellect déjà avancé.

Cette double signification du geek m’a embrouillée au début ; Holly Smale a-t-elle voulue revisiter à sa façon ce mythe du GEEK ? 

Mais j’ai tout de même apprécié ce roman humoristique qui, derrière des apparences frivoles et malgré quelques clichés, met en lumière le rejet de la différence, la jalousie, la concurrence… que ce soit dans le monde de la mode ou dans la cour de récré. Des phénomènes (trop) bien connus par les jeunes. On y parle aussi d’amitié, de relations familiales et de quête d’identité. Bref, un récit en phase avec le monde de l’adolescence.

Pour être honnête,au début,ce livre ne m’emballait pas spécialement,après tout,nous avons chacuns et chacunes eu des soucis durant notre adolescence et chacuns différaient selon la personne; alors pourquoi irai -je chercher des réponses dans ce livre?!

Mais après l’avoir lu et analysé avec précautions,je me suis rendue compte que ce roman ferait rêver chaque lecteur et ferait peut etre même rire les adolescents qui en secret esperent un dénouement du même genre.

Dans l’ensemble,on retrouve le même schéma de personnage: Nat,la meilleure amie qui aiùe la mode ,sans aucune ressemblance avec la protagoniste mais s’adorent tout de meme et s’entraident.On peut retrouver également l’histoire d’un garçon chevaleresque qui va faire battre le coeur d’Harriet ; au début,une simple amitié ,mais je suis persuadée que dans les tomes suivants une histoire d’amour idyllique se présentera à nous.Il y a bien sur un personnage qui va lui mettre une grosse pression et un personnage ridicule censé nous faire rire ( et qui a réussit dans mon cas) ; mais n’oublions surtout pas un personnage plus qu’important: celui d’un vrai « GEEK » qui est amoureux d’Harriet et l’aidera quoiqu’il arrive même si sa compagnie n’est pas désirée par notre amie.

Concernant l’écriture,l’auteur fait ce qu’elle peut pour utiliser un langage adapté correspondant à ceux des adolescents,elle réussie à mettre une touche humoristique grâce à l’agent d’Harriet qui s’exprime dans un vocabulaire incompréhensible et qui ferait sourire n’importe qui.

Pour conclure,ce livre n’est pas un des meilleurs que j’ai pu lire,pourtant il est assez original et fait rêver ; si vous avez un jour un coup de blues,je vous le recommande chaudement,peut etre que l’humour de ce roman et son originalité vous permettra de vous remonter le moral pendant un instant.