En attendant les hirondelles 2017 France Réalisé par Karim Moussaoui 1h53 avec Mohamed Djouhri, Sonia Mekkiou, Mehdi Ramdani

Karim Moussaoui signe un film à la fois sensuel et rageur, où l’histoire pèse sur les consciences.

Sélectionné au dernier Festival de Cannes, dans la section Un certain regard, En attendant les hirondelles a reçu fin juillet le Grand Prix au Festival d’Oran du film arabe. En Algérie, le premier long-métrage de Karim Moussaoui a été accueilli par une critique globalement positive. Voici ce qu’il faut en retenir, en trois points.

  • Un petit bijou de poésie et de nostalgie

Trois histoires, trois générations : En attendant les hirondellessuit tour à tour trois protagonistes en plein dilemme. “Confrontés à des choix impossibles, les personnages de Karim Moussaoui tentent par tous les moyens d’échapper à la fatalité pour tenter d’imposer leur singularité, pour exister en tant qu’individus, pour vivre intensément. Cela donne au final un film sincère et inconsolable, comme le sont les protagonistes des trois histoires”commente Le Quotidien d’Oran.

Publicités

« Loving » 2016 Réalisé par Jeff Nichols 2h3 avec Ruth Negga, Joel Edgerton, Will Dalton

Résumé : Mildred et Richard Loving s’aiment et décident de se marier. Rien de plus naturel – sauf qu’il est blanc et qu’elle est noire dans l’Amérique ségrégationniste de 1958. L’État de Virginie où les Loving ont décidé de s’installer les poursuit en justice : le couple est condamné à une peine de prison, avec suspension de la sentence à condition qu’il quitte l’État. Considérant qu’il s’agit d’une violation de leurs droits civiques, Richard et Mildred portent leur affaire devant les tribunaux. Ils iront jusqu’à la Cour Suprême qui, en 1967, casse la décision de la Virginie. Désormais, l’arrêt « Loving v. Virginia » symbolise le droit de s’aimer pour tous, sans aucune distinction d’origine. 

Le réalisateur américain bouleverse en retraçant la résistance d’un couple mixte à une loi raciste de l’Etat de Virginie.

Or cette histoire vraie est exemplaire, qui dit que, quand la loi n’est pas juste, la justice passe avant la loi. Formule ici moins insurrectionnelle que juridique : Mildred et Richard Loving, résidant dans l’Etat de Virginie, se marient en 1958 dans le district voisin de Columbia, et sont inculpés à leur retour …

La beauté d’une telle histoire a plusieurs directions possibles : l’une serait politique, qui concernerait le droit dans ses rapports avec la vie humaine et avec l’amour… A vous de le découvrir !


Wonder Wheel 2017 Réalisé par Woody Allen 1h41 avec Kate Winslet, Jim Belushi, Juno Temple Drame

https://www.youtube.com/watch?v=VFM0UqX9MJ8

Wonder Wheel croise les trajectoires de quatre personnages, dans l’effervescence du parc d’attraction de Coney Island, dans les années 50 : Ginny, ex-actrice lunatique reconvertie serveuse ; Humpty, opérateur de manège marié à Ginny ; Mickey, séduisant maître-nageur aspirant à devenir dramaturge ; Carolina, fille de Humpty longtemps disparue de la circulation qui se réfugie chez son père pour fuir les gangsters à ses trousses.

anissaberlani@adagp – Nejma Quelques nouvelles de Nejma… Une femme comme une autre, Déchirée entre deux pays, deux cultures, deux traditions. Une femme entre deux guerres, deux espoirs. Une femme enfant, une femme mariée, une femme maman. Une femme combattante !!!

 

anissaberlani@adagp

Le commencement de la fin

Dans le sud d’Alger, dans un petit village nommé « El Frikina ».

Nejma, une femme d’une cinquantaine d’années prépare le repas de ses deux fils. Quelle fierté pour Nejma d’avoir deux beaux grands garçons ! Et Ils ont bien réussit dans la vie. Yamine, l’ainé des deux approche son trentième anniversaire. Il est pilote de ligne à Alger.
Alors que le cadet, Mehdi a atteint l’âge de vingt huit ans, lui est enseignant à Ain-Beïda.
Quant à l’époux de Nejma, il est partit faire un pèlerinage à la Mecque.

Dans cette petite maison en pierre blanche, Nejma prépare un tajine tout en murmurant une chanson kabyle « A baba nouba… ». Soudain, des coups se font entendre à la porte. Les mains tachées de pruneaux, Nejma va ouvrir.
C’est l’Iman du village accompagné de quelques fidèles qui se tiennent au seuil de la porte.
Nejma leur adresse un grand sourire. En échange de celui-ci, se dresse devant elle des regards inquiets, des visages livides accompagnés d’une expression sans lendemain.
L’Imam, le grand Abdel-Nouar dresse devant elle une liste de noms.

Quelques jours plus tard, Nejma part le cœur gros à Constantine rendre visite à sa cousine. Enfin, elle va parler et on va lui répondre. Nejma lui annoncera que son fils Yamine est partit très loin, il se trouve sur la liste du FIS !!!
Elle pourra le raconter à une autre femme, sans honte, sans sécher ses larmes. Le fardeau est si lourd sur ses épaules ! Sur le chemin, elle se souvient de l’année 1954.

Les femmes d’Algérie, comme les femmes de tous les continents, ont depuis le début des temps donné l’exemple de leur capacité de résistance et de leur courage. Je pense évidemment entre autre à la lutte de l’indépendance déclenchée le 1er novembre 1954, jour de la Toussaint, dans laquelle elles prirent toutes leur part, que ce soit dans les campagnes ou dans les villes.
Elles furent relativement nombreuses, compte tenu des mœurs et de la réclusion que leur imposait la tradition, à « monter au maquis », où à servir, dans les villages notamment, d’agent de liaison, d’informatrice, de porteuse de valises. Ces femmes, nos sœurs, nos filles, combattent alors aux côtés des hommes, ayant fait voler en éclat le tabou de la mixité !

Pendant ce temps, Yamine qui souffre de l’absence de sa mère prend la dangereuse initiative de lui rendre visite. Dans la maison, personne, personne pour lui souhaiter la bienvenue, le rassurer…
Yamine soupire puis se fait couler un bain, il se déshabille, entre dans l’eau et ferme les yeux paisiblement…

C’est la fin des cours, il est l’heure pour Mehdi de rentrer chez lui.
Là ! Dans la maison blanche, quelle surprise !
Doucement, il pénètre dans la salle de bain, aperçoit son frère, les yeux clos qui se détend dans la baignoire. Très vite, dans un coffre, Mehdi s’empare d’une arme.
Un sourire au bout des lèvres, il tire trois balles dans la tête de son frère qui n’avait pas encore pris la peine d’ouvrir les yeux pour y voir son meurtrier.

Tout s’enchaine très vite.

Nejma rentre chez elle, sa visite chez sa cousine aura été de très courte durée; elle n’était pas là.
Le voyage en bus à Constantine l’a toute défraichie, alors, Nejma s’engouffre dans la salle de bain, et là…

…Madame l’Horreur lui tend les bras.

Son fils aîné truffé de balles gît dans une baignoire de sang. Tandis que le cadet regarde son arme tout en murmurant « il le fallait, il le fallait, il le fallait… »
Pâle comme un linge, Nejma lui tends les mains en hurlant « Donne, donne-moi cette arme, tu es trop jeune, je dirai à la police que c’est moi qui l’ai tué »

Fébrile, Mehdi lui tend maladroitement l’arme. Nejma s’en empare et vise son cadet…
Lentement, Nejma se sent envahir par des souvenirs qui affluent dans sa mémoire.

Avec la participation de :
Nejma, qui Signifie: « étoile, astre »

Mehdi, un dérivé du prénom arabe Mahdi tiré du verbe hada signifiant « Le bien guidé ». Pour les musulmans, il se traduit par « Celui qui est éclairé par Dieu » et désigne le sauveur qui viendra sur terre à la fin des temps.

Yamine, qui signifie « heureux, fortuné, prospère »