L’esprit de solitude . Jacqueline Kelen

« Trop souvent on confond l’attachement avec la dépendance. Un être humain riche de sentiments et d’émotions, est capable d’entrer en relation avec autrui sans se perdre et il n’a pas peur de s’attacher car ce lien affectif ne porte pas atteinte à son intégrité . C’est la dépendance qui amoindrit l’être qui est, volontaire ou non, servitude . Aimer quelqu’un sans la dépendance est un véritable défi à la nature humaine …Seul un être libre est capable d’aimer, seul il est assez fou pour aimer en toute liberté . Tous les autres ne savent, sous couvert d’aimer, que posséder l’autre ou lui appartenir » Jacqueline Kelen « L’esprit de solitude »
Publicités

Mes peintures, photos, écritures et vidéos racontent l’histoire : Mes combats, mes voyages, mes rêves et mon immense foi en notre humanité.

MON HISTOIRE



En tant qu’artiste, je perçois la réalité dans toute sa pureté: les formes, les couleurs, les sons et les nuances subtiles d’émotions et de rêves.

https://www.anissaberkanirohmer.org/
Mon art explore des thèmes tels que l’exil, qui est central pour moi.
Exil signifie vivre patrie d’origine en dehors de l’un, étant à l’extérieur. Il signifie l’absence, ou plutôt la non-présence; l’isolement, la séparation, la distance. Nous sommes tous des exilés: chacun de nous a plusieurs identités différentes. Nous sommes tous le résultat d’un voyage.
L’humanité est au cœur de mon travail. En tant qu’êtres humains, nous ne sommes pas isolés mais liés et influencés par le monde, comme c’est
mon travail. Ma peinture raconte l’histoire: mes combats, mes voyages, mes rêves et mon immense foi en notre humanité.

Après un malheur

Perdre un enfant, c’est le plus grand des malheurs, Après on ne vie pas, mais on essaye de survivre, cela peut être une force. Les parents qui tiendront le coup à ce malheur, arriveront jusqu’au bout pour rencontrer un jour leur enfant dans l’autre monde, qu’on appelle le royaume des cieux là où ce trouve DiEU.

Paul ( en deuil de ma fille )