QUIZ MUSIQUES DE FILM A LA BIBLIOTHEQUE HERGE

Après une saison culturelle sous le signe des liens passionnés entre la musique et le 7ème Art (expos Jacques Demy à la Cinémathèque, « Musique et cinéma, le mariage du siècle » à la Cité de la musique), nous restons dans le ton avec ce nouveau rendez-vous musical !

 

Asseyez -vous confortablement et ouvrez grand vos oreilles, on vous conte l’histoire de cette fameuse journée Le samedi 5 octobre à 15h

Il était une fois une rencontre entre  les collègues de la bibliothèque Rabier, les jeunes de https://booksofdream.wordpress.com/ et les collègues de la bibliothèque Hergé https://www.facebook.com/pages/Biblioth%C3%A8que-Herg%C3%A9/481328478568786 qui donnèrent naissance au quizz qui consistait d’abord en un blind-test et ensuite en un questionnaire. Nous avons formé deux équipes de 10 personnes. Le quizz exigeait connaissances et rapidité ! Nous avons traduit le questionnaire oralement en bilingue français-anglais, vu le nombre de participants non francophones (Afghans, Espagnols, Italien…). Le jeu a généré un échange très sympathique entre les personnes ; la convivialité était effectivement à l’honneur !

L’après-midi s’est achevée par un goûter sympa entre les participants et les organisateurs

Mervi à tous les participants, le personnel de la bibliothèque Hergé et la bibliothèque Benjamin Rabier

QUIZZ MUSIQUES DE FILM A LA BIBLIOTHEQUE HERGE

SAM_6052

Après une saison culturelle sous le signe des liens passionnés entre la musique et le 7ème Art (expos Jacques Demy à la Cinémathèque, « Musique et cinéma, le mariage du siècle » à la Cité de la musique), nous restons dans le ton avec ce nouveau rendez-vous musical !

Asseyez -vous confortablement et ouvrez grand vos oreilles, on vous conte l’histoire de cette fameuse journée Le samedi 5 octobre à 15h

Il était une fois une rencontre entre  les collègues de la bibliothèque Rabier, les jeunes de https://booksofdream.wordpress.com/ et les collègues de la bibliothèque Hergé https://www.facebook.com/pages/Biblioth%C3%A8que-Herg%C3%A9/481328478568786 qui donnèrent naissance au quizz qui consistait d’abord en un blind-test et ensuite en un questionnaire. Nous avons formé deux équipes de 10 personnes. Le quizz exigeait connaissances et rapidité ! Nous avons traduit le questionnaire oralement en bilingue français-anglais, vu le nombre de participants non francophones (Afghans, Espagnols, Italien…). Le jeu a généré un échange très sympathique entre les personnes ; la convivialité était effectivement à l’honneur !

L’après-midi s’est achevée par un goûter sympa entre les participants et les organisateurs

Nom du (des) intervenant(s) : Anissa Rohmer, Dominique Rondeau, Thierry Villetorte et Juliette Vittori.

Et le public des bibliothèques Hergé, Rabier et les invités

Kubrick Perspective

Très beau montage de plans extrait de la filmographie de Stanley Kubrick utilisant la perspective.

Un mashup signé Koganada.

Avec Kubrick, les mots sont accessoires : sa minutie extrême, sa recherche du plan parfait ont toujours fasciné.

Ce montage démontre que sa démarche rejoint celles des grands artistes classiques, structurant l’espace avec un perpétuel souci géométrique dans une recherche de l’équilibre parfait, plaçant l’homme au centre d’un univers organisé.

Fabrice Guénier

Invictus

Invictus

Dans les ténèbres qui m’enserrent,
Noires comme un puit où l’on se noie,
Je rends grâce aux dieux quels qu’ils soient,
Pour mon âme invincible et fière,

Dans de cruelles circonstances,
Je n’ai ni gémi ni pleuré,
Meurtri par cette existence,
Je suis debout bien que blessé,

En ce lieu de colère et de pleurs,
Se profile l’ombre de la mort,
Et je ne sais ce que me réserve le sort,
Mais je suis et je resterai sans peur,

Aussi étroit soit le chemin,
Nombreux les châtiments infâmes,
Je suis le maître de mon destin,
Je suis le capitaine de mon âme.

William Ernest Henley

Invictus, « invaincu, dont on ne triomphe pas, invincible ».

Tout est dit dans le titre de ce poème écrit en 1875 par William Ernest Henley, encore à l’hôpital suite à une amputation du pied. Lorsque le texte est écrit, il a vingt-cinq ans, il survivra à son opération et vivra avec un seul pied jusqu’à l’âge de cinquante-trois ans.

C’est un texte plein de force, qui exhorte au combat, à la résistance. C’est même plus que ça, c’est un hymne à garder toujours à l’esprit. Il aide à relativiser ses peines et à les surmonter.

Invictus (le film) – 2009 – réalisation de Clint Eastwood

Devenu populaire, le poème a fait l’objet de nombreuses reprises et a notamment inspiré la réalisation du film éponyme retraçant les débuts du premier mandat du président Mandela en 1995. En effet, il joua un grand rôle dans la vie de Mandela durant sa période d’incarcération à Robben Island. Le texte a été sa source d’inspiration pendant ce temps d’emprisonnement mais surtout pendant sa présidence.

Synopsis – En 1994, l’élection de Nelson Mandela consacre la fin de l’Apartheid, mais l’Afrique du Sud reste une nation profondément divisée sur le plan racial et économique. Pour unifier le pays et donner à chaque citoyen un motif de fierté, Mandela mise sur le sport, et fait cause commune avec le capitaine de la modeste équipe de rugby sud-africaine. Leur pari : se présenter au Championnat du Monde 1995…

Le principal intérêt du film reste le personnage de Mandela, son engagement envers son peuple et son parcours saisissant. Le film permet de découvrir, il est vrai grossièrement, l’homme et l’histoire de l’Afrique du Sud mais a le mérite de traiter d’un pays et d’une période assez méconnue.

Le 11 février 1990, Nelson Mandela, héros de la lutte anti-apartheid, sortait de prison après vingt-sept années passées en détention. Sa libération met fin au système raciste et violent de l’apartheid en Afrique du Sud, où les Noirs – pourtant majoritaires – devaient vivre séparés des Blancs qui détenaient le pouvoir. Quatre ans plus tard, Nelson Mandela deviendra le premier chef d’État noir d’Afrique du Sud.

Autre intérêt du film : il révèle combien le sport est objet d’instrumentalisation notamment politique. Quelques soient les sociétés ou les époques, la neutralité du sport relève du mythe. En effet, il s’enracine dans les stratégies politiques des États et devient une vitrine de la vitalité et de la grandeur des nations, principal instrument de propagande. Le film met particulièrement bien en lumière cet aspect souvent oublié.

Invictus est un film, certes, quelque peu pétri de bons sentiments….certes un peu patriotique….mais efficace et qui a le mérite de porter un message profondément humaniste.

DONC trois bonnes raisons de voir le film :

– l’interprétation impressionnante de Morgan Freeman en Nelson Mandela

– Matt Damon en rugbyman….. ooooh !

– et  l’intérêt de mieux connaître l’histoire de l’Afrique du Sud et surtout le personnage charismatique de Mandela.

Nell

Etrangère parmi nous

Une étrangère parmi nousOrigine: USA

Année: 1992

Réalisation: Sidney Lumet

Avec: Melanie Griffith Eric Thal John Pankow

Genre: Policier

Synopsis (source Allociné) :

Chargée d’enquêter sur un meurtre sauvage perpétré au sein de la communauté hassidique de la ville de
New-York, le détective Emily Eden parvient à se faire accepter au sein de cette secte si hermétique. A travers un curieux mélange de traditions et de personnalités elle devra élucider les secrets
de cette société pour éclaircir le crime.

Avis de Nissim :

« Etrangère parmi nous » est un film policier mêlé à une découverte des cultures et à une brève
histoire d’amour.

La trame de fond de ce film est l’enquête menée par le personnage de Mélanie Griffith suite à un crime
commis à l’intérieur d’une communauté. Cette enquête  donne le ton et créé une ambiance un peu tendue.

Ce film nous transporte dans une société à l’intérieur d’une société : la communauté juive hassidique de
New-York. Celle-ci a ses codes, ses mœurs, son étrangeté et sa beauté. Toutes ces caractéristiques se retrouvent dans ce film, bien que certains détails semblent impossibles (danse des hommes et des femmes ensemble). Beaucoup de préjugés et d’idées fausses tombent  grâce à l’authenticité de certains personnages.

Une ébauche d’histoire d’amour se forme entre deux personnages très différents et sans doute opposés. Amour
impossible, rattrapé par le devoir et empêché par la différence.

Un film beau et touchant signé Sidney Lummet.

Le Secret des poignards volants (film)

 

   
Titre original : House of Flying
Daggers
 
Date de sortie :
17/04/2004
 
Réalisateur : Zhang Yimou 
Origine : Film chinois,
hong-kongais
Genre : Action, Drame,
Historique
Cast:
– Ziyi Zhang dans le rôle de Mei,

– Takeshi Kaneshiro dans le rôle de Jin,
– Andy Lau dans le rôle de Leo 
  
Résumé (AlloCiné) :
 
En cette année 859, la Chine est ravagée par les conflits. La dynastie Tang, autrefois
prospère, est sur le déclin, et le gouvernement corrompu s’épuise à lutter contre les groupes de rebelles toujours plus nombreux qui se dressent contre lui. La plus puissante de ces armées
révolutionnaires et la plus prestigieuse de toutes est la Maison des Poignards Volants. Deux capitaines, Léo et Jin, sont envoyés pour capturer le mystérieux chef de cette redoutable
armée.
 

L’avis de Justine: 
L’histoire est vraiment pas mal, mais beaucoup de points sont
invraisemblables.
 
Invraisemblance qui se voit surtout à la fin du film lorsque Mei se relève à chaque fois alors qu’elle
devrait déjà être morte ou même tout simplement quand elle se réveille. On retrouve un peu le même cas avec Léo et Jin qui se sont éventrés mutuellement mais qui se portent comme si c’était une
blessure bénigne alors qu’il devrait être en train d’agonisé. Cette situation gâche vraiment le film d’autant plus qu’elle se situe à la fin. D’autre part, quand des hommes se disputent une
femme, on a toujours une préférence pour l’un, malheureusement pour moi, Mei ne se retrouve pas avec celui pour laquelle ma préférence portait à la fin du film, alors ce détail ma encore plus
gâché la fin du film (bon, et aussi celle des autres parce que je n’arrêtais pas de râler >v<). Mais à part ces point négatifs, je pense qu’il faut vraiment voir ce film rien que pour
toutes les tromperies qui s’y cachent parce que c’est un empilement de mensonges et quand enfin on voit tout dans son ensemble, on se dit vraiment «  Ah! Ils se sont bien fait
avoir! »

 

Partager l’article !
 
Le Secret des poignards volants (film):

 

Publié dans Non classé. Tagué

Shigurui de Norio Nanjo, illustré par Takayuki Yamaguchi

Shigurui – épisode 1

Synopsis (source Animeka) :

Japon, an 6 de l’ère Kan’ei. L’excentrique seigneur Tokugawa Tadanaga décide d’organiser au château Sunpu un tournoi opposant 22 samouraïs aux techniques reconnues. Contre l’avis de ses conseillers, les combattants utiliseront de vrais sabres et non des Bokken (sabres en bois).
L’un des combats oppose Fujiki Gennosuke, amputé de son bras gauche, à Irako Seigen, dépourvu du sens de la vue. Malgré ces handicaps, les deux samouraïs sont reconnus comme étant parmi les meilleurs. Commence alors un long flashback où l’on retrouve nos deux sabreurs lors de leur première rencontre au dôjô Kogan tenu par le maitre Iwamoto. Ainsi commence la rivalité pour devenir l’héritier de la technique secrète du dôjo et obtenir la main de la fille du maitre, Mie-dono

Avis de Shinta

Animé superbement réussi, histoire bien montée, avec une ambiance envoûtante! Personnellement je n’ai pas vu le temps passé à chaque épisode tellement on est pris par l’animé! Une fois rentré dans le flash-back, l’histoire devient cruelle et on peut éprouver de la peine pour certains personnages, notamment Mie-dono qui va en baver! Relativement court comme animé mais il reste excellent. On peut voir tous types de mentalités humaines, de la plus détraquée à la plus loyale, en passant par le personnage sournois avide de pouvoir! Par contre âme sensible s’abstenir. Même si le début est bien beau, une fois entré dans les flash-back des choses très cruelles et immorales se dérouleront!

Je le conseille à ceux qui aiment les mangas de samouraï avec pas mal de sang ^ ^.

Le Concert

Titre : le Concert
Réalisation : Radu  Mihaileanu
Résumé
Dans les années 1980, le célèbre chef du Bolchoï voit sa carrière brutalement interrompue à son apogée, par
Brejnev, pour avoir défendu les musiciens juifs de son orchestre. Réduit au dégradant métier d’homme de ménage, il intercepte un fax du théâtre du châtelet invitant le Bolchoï à venir jouer à Paris. Il décide alors de reformer son ancien orchestre pour se substituer à celui du Bolchoï.
Avis

Ce film cherche à nous faire réfléchir sur la situation des juifs sous Brejnev, mais aussi à combattre les
clichés, en les utilisant de manière récurrente dans le film. Notamment en faisant des caricatures : Le Juif et l’argent, une grande histoire d’amour ; Le Russe, alcoolique notoire  et enfin  Ivan Gavrilov, personnification d’un Parti Communiste vieillissant et agonisant. Anne-Marie Jacquet est, quant à elle, une femme d’apparence solide qui traîne derrière elle une blessure d’orpheline en quête identitaire, histoire émouvante au milieu de scènes cocasses. Poursuivant un rythme soutenu, le film trouve sa vraie raison d’être artistique quand ces caractères si différents réussissent à donner naissance à l’Ultime Harmonie, quand la soliste entraîne l’orchestre, quand l’individu s’annule pour sublimer le collectif. C’est dans cette communion d’âmes et d’esprits que l’on arrive, en même temps que l’orchestre, à s’envoler vers la perfection de la musique, l ‘émotion à l’état pur, le temps d’un concert ; Car la musique est un langage qui transcende les frontières et les préjugés, pour unir des personnes différentes dans un même plaisir, celui de la musique.

Le Concert de Radu
Mihaileanu propose une mise en scène enthousiaste, s’adressant aux cinéphiles, mélomanes, et même les deux. A bientôt dans les salles obscures !

Ikkitousen Dragon Destiny

Ikkitousen Dragon Destiny

Résumé (source Animeka) :

Toutaku, du lycée Rakuyou, est mort lors du précédent grand tournoi des Touchi (lycéens, réincarnations des héros d’il y a 1800 ans). La position d’école dominante est donc vacante. La lutte fait rage entre, notamment, les académies de Nanyou (sous les ordres de Sonsaku Hakufu), de Kyosho (menée par Sousou Moutoku) et le lycée Seito (Ryuubi Gentoku) pour le contrôle du Kanto.
Ryomou Shimei, de l’académie Nanyou, met la main sur le Dragon de Jade après une âpre lutte contre Kakouen Myosai de l’académie Kyosho. Ce dragon semble en effet posséder le pouvoir de maîtriser la puissance conférée par les 3 souverains aux Touchi en lesquels ils se sont réincarnes et ainsi vaincre la malédiction des magatama… Un objet fort convoité tant Sousou Moutoku, réincarnation du Roi Démon semble invincible, surtout après sa démonstration de force contre l’académie de Yoshuu.

Avis de Shinta :

  Un animé destiné à la gente masculine qui veut se rincer l’œil! En effet, dans cet animé on peut voir des gens : 90% de filles, issues de différentes académies et qui se fight comme des barbares pour reconnaître laquelle est la plus forte ! Bien évidement, à la fin des combats, les filles ne sont plus habillées ! L’histoire est pas mal du tout et les personnages qui réincarnent respectivement les 3 souverains Touchi sont très charismatiques voire touchants.

Bien sur, il n’y a pas de place pour les larmes. On veut du fight! Du pur et du dur ! XD A mater pour se détendre et bien rigoler ^ ^.