Orly de Jacques Brel (musique ou poésie ?)

 Orly

Jacques Brel

1977

« Ils sont plus de deux mille
Et je ne vois qu’eux deux
La pluie les a soudés

Ils sont plus de deux mille
Et je ne vois qu’eux deux
La pluie les a soudés
Semble-t-il l’un à l’autre
Ils sont plus de deux mille
Et je ne vois qu’eux deux
Et je les sais qui parlent
Il doit lui dire: je t’aime
Elle doit lui dire: je t’aime
Je crois qu’ils sont en train
De ne rien se promettre
C’est deux-là sont trop maigres
Pour être malhonnêtes « 
 Souvent lorsque l’on lit les paroles d’une chanson on trouve un poème tout entier.
Vous ne trouvez pas ??

Orgueil et préjugés de Jane Austen

Titre original : Pride and Prejudice

Auteure : Jane Austen
Origine : Angleterre
Publication originale : 1813

Quatrième de couverture :
Pour la famille Bennet, qui compte cinq filles à marier, l’arrivée de deux jeunes et riches célibataires dans le voisinage est une aubaine. Le sombre Mr Darcy saura-t-il vaincre le mépris d’Elizabeth ? Les sœurs de Mr Bingley parviendront-elles à le dissuader de déclarer ses sentiments à Jane ?
Le happy end tant attendu par le lecteur du chef-d’œuvre de Jane Austen aura bien lieu, mais au terme d’innombrables intrigues et retournements cocasses ou cruels.
Traduction nouvelle de Laurent Bury

Mon avis :
A ce jour, il est sûrement mon livre préféré. Je n’ai pas assez de mots pour décrire à quel point ce roman m’a plu. Il m’a littéralement transportée . Il y a longtemps que je n’avais pas lu un livre aussi prenant et aussi bien écrit. La narration est à la fois simple et raffinée, et le vocabulaire est d’une richesse telle, qu’il nous fait regretter notre incapacité à savoir parler d’une si belle manière aujourd’hui.
Le personnage d’Elizabeth est évidemment très attachant vu que l’histoire est principalement centrée sur ses sentiments et sur l’évolution de sa relation avec Mr Darcy.
Un livre extrêmement bien mené du début à la fin, des personnages intéressants à la personnalité bien caractéristique, des décors splendides qui nous transportent dans l’Angleterre d’autrefois, des retournements de situation spectaculaires et une fin absolument grandiose…
Une chance pour moi, j’ai pu voir l’adaptation cinématographique (2005) du livre après l’avoir terminé et il faut bien avouer qu’elle est très réussie et assez fidèle au roman. Un jeu d’acteur parfait, avec Keira Knightley dans le rôle d’Elizabeth Bennet et Matthew Macfadyen pour William Darcy. Unique déception : une fin un peu baclée selon moi, puisqu’elle omet la discussion finale du roman dans laquelle les protagonistes expliquent leurs actes passés et reviennent sur tout ce qui a pu les séparer.

Alors mes chers amis, un conseil, lisez ce merveilleux classique de la littérature anglaise, admirez le film, et laissez-vous envoûter par le piano de la B.O. qui vous donnera plus d’un frisson… !

Sarah Zed

« Le journal d’un homme de trop » de Ivan Tourgueniev

Résumé

Le journal d’un homme de trop appartient aux premières oeuvres de Tourgueniev. Publiée en Russie en 1850 dans la revue Les Annales de la patrie, cette nouvelle ne paraîtra en volume que dix ans plus tard, fortement censurée. Un homme, encore jeune et malade, s’éteint peu à peu. Il emploie ses dernières forces à noter l’imminence de sa disparition tout en se remémorant les moments importants de sa vie. Ainsi se dessine le tableau d’une société russe provinciale, médiocre et mortifère, parsemée d’événements romanesques, tels qu’un amour contrarié, un bal ou un duel. La vanité de toute entreprise, la fragilité humaine et le sentiment de la mort envahissent ces pages merveilleusement écrites. Seul le sentiment de nature la apporte un apaisement fugitif à cette lutte contre l’inéluctabilité du destin. Paru en France dès 1863, salué par les plus grands écrivains de l’époque, Le journal d’un homme de trop connut un vif succès.

L’avis de Nissim


Le journal d’un homme de trop est une courte nouvelle écrite sous la forme d’un journal se déroulant sur 10 jours. Ces jours sont les derniers d’un homme persuadé de son inutilité. C’est autour de ce principe que se déroule la rédaction du journal. Son auteur semble vouloir nous persuader – et peut-être se persuader – de sa sombre destinée. Cet homme, qui du berceau à la tombe a toujours été « de trop », a une écriture appropriée à sa nature. L’écriture est lucide, cynique, parfois amère, parfois drôle et émouvante. Ce journal, à la fois simple et beau, réussit à nous faire rentrer dans la peau – ou la tête – du personnage qui semble maudit dès ses premiers instants (son père est absent et sans autorité et sa mère, suffisante et pleine d’autosatisfaction) jusqu’à son dernier souffle (il meurt au printemps quand la
nature se renouvelle). Si vous désirez voir le désespoir sous un jour clair et livide, lisez cette incroyable nouvelle de Tourgueniev.

« Tristan et Yseult » de Béroul

Résumé :

Tristan et Iseut, les amants de Cornouailles, unis pour avoir bu le philtre d’amour. Cette légende médiévale
a marqué plus que nulle autre l’imagination et la sensibilité de l’Europe entière. Elle apparaît d’abord, fragmentaire et morcelée, dans des poèmes français du XIIe siècle, dont le roman de Béroul est sans doute le plus ancien. Nous en avons conservé la partie centrale : les amants épiés et finalement surpris, leur fuite et leur errance dans la forêt du Morrois, comment le roi Marc les y trouve endormis, séparés par l’épée de Tristan, le serment ambigu prêté par Iseut.

Avis de Nissim:

Tristan et Yseult de Béroul est un véritable conte chevaleresque tel qu’on le trouve au moyen-âge. Les chevaliers sont à la fois courageux, valeureux, braves, capables de combattre n’importe quels ennemis, mais également doux, aimants et amoureux de leurs belles dames.

Il y a cependant, une dimension nouvelle que l’on ne retrouve pas forcément dans tous les contes moyenâgeux : l’évolution de l’amour. On passe d’un amour passionnel et magique entre Tristant et Yseult qui leur permet de passer outre la menace sociale et humaine, à un amour qui s’apparente plus à de l’amitié et de la loyauté.

Ces deux dimensions sont mêlées et constituent le film narratif d’une belle histoire d’amour et de chevalerie, qui nous transporte par delà le temps à une époque révolue.

« Le comte de Monte-Cristo » d’Alexandre Dumas

81193 une-dumas

Résumé

Récemment, j’ai lu le légendaire Comte de Monte-Cristo par le célèbre romancier Alexandre Dumas. Je ne vous ferai pas l’affront de le résumer ici, non, je vous rappellerai simplement que c’est l’histoire d’un jeune marin prometteur, Edmond Dantès qui mène une vie paisible à Marseille, entouré de sa fiancée, Mercédès, et de son père, se préparant à préparer son mariage, et ce sous la Restauration. Mais son bonheur va faire des envieux : Fernand, meilleur ami de Mércèdes et secrètement amoureux d’elle, et Danglars, comptable jaloux de la réussite sociale d’Edmond, vont le dénoncer comme agent bonapartiste. En prison, il va avoir tout le temps de mûrir sa vengeance…
Avis de votre dévoué et fidèle

Que dire de ce véritable chef-d’œuvre ?
Empli de moments forts, plein d’un suspense grandiose, ce livre à découvrir et a redécouvrir, ce livre possède une qualité rare en notre époque, que beaucoup d’auteurs ont aujourd’hui oublié, la qualité de captiver le lecteur! L’intrigue est très bien menée, les évènements s’enchaînent dans une course effrénée qui ne laisse aucun répit au lecteur, aucun moment de pause, l’on est presque obligé de le lire d’une traite! C’est dire toute la puissance évocatrice de ce livre ! Cet article ne vous donnera peut-être pas envie de lire ce livre assez conséquent , alors , disons-le en termes un peu plus compréhensibles, qui donneront , je l’espère , aux jeunes lecteurs assez de courage pour emporter ce livre dans leurs valises , il est G-E-N-I-A-L! Si l’on devait m’exiler sur une île déserte avec un seul livre, ce serait celui-ci.

En bref, a lire de toute urgence. Prenez votre courage a deux mains, et faites moi confiance, je vous promets quelques heures d’un rare plaisir.

« Le Songe d’une nuit d’été » de Shakespeare

Titre original : A Midsummer Night’s Dream

Langue originale : Anglais (Royaume-Uni)

Résumé :

Le Songe d’une nuit d’été (A Midsummer Night’s Dream) est une comédie de William Shakespeare écrite entre 1594 et 1595. La première inscription de la pièce au registre des Libraires date du 8 octobre 1600. C’est une histoire complexe dont l’action se déroule en Grèce et réunit pour mieux les désunir deux couples de jeunes amants, Lysandre, Démétrius, Hélèna et Hermia. Hermia veut épouser Lysandre, mais son père, Égée, la destine à Démétrius, dont est amoureuse Hélèna. Lysandre et Hermia s’enfuient dans la forêt, poursuivis par Démétrius, lui-même poursuivi par Hélèna. Pendant ce temps, Obéron, roi des fées, a ordonné à Puck de verser une potion sur les paupières de sa femme, Titania. Il entre dans la forêt avec Puck. Pendant la nuit, la confusion règne. La scène la plus connue est l’apparition de Bottom, qui porte une tête d’âne, avec Titania, qui par la magie de Puck en est tombée amoureuse.

Avis de Nissim :

La vie n’est qu’un songe, et Le Songe d’une nuit d’été est plus que la vie. Shakespeare réussit le tour de
force littéraire en unissant trois histoires différentes pour les placer sous la lumière – ou plus exactement sous l’enchantement – de l’amour Ces trois drames sont liés par une trame extraordinaire. Cette toile théâtrale ne devient visible que dans les derniers vers et coupe le souffle aux lecteurs ou aux spectateurs. La poésie libérée, de cette pièce, mêlée aux rythmes féeriques et fantastiques donne à cette pièce un charme irrésistible qui séduira à jamais les yeux et le cerveau du lecteur ou du spectateur.