Tous nos jours parfaits de Jennifer Niven

Une histoire d’amour forte, puissante, qui, ne nous n’épargne pas. J’ai vraiment été troublée, bouleversée ! Le sujet du livre est son caractère sont unique et original. Un sentiment d’angoisse qui est présent durant toute la lecture ! Tous nos jours parfaits

Un roman qui fera battre votre cœur et qui le brisera en mille morceaux ! Une agréable lecture qui vous transportera ailleurs, dans une bulle d’amour bouleversante.

Je suis là de Clélie Avit

Elsa n’a plus froid, plus faim, plus peur depuis qu’un accident de montagne l’a plongée dans le coma.
Thibault a perdu toute confiance le jour où son frère a renversé deux jeunes filles en voiture.
Un jour, Thibault pénètre par erreur dans la chambre d’Elsa et s’installe pour une sieste. Elle ne risque pas de le dénoncer, dans son état. Mais le silence est pesant, même face à quelqu’un dans le coma. Alors, le voilà qui se met à parler, sans attendre de réponse.
Ce qu’il ignore, c’est que pour Elsa, tout est fini, jamais elle ne se réveillera. Mais tandis que médecins, amis et famille baissent les bras, Thibault, lui, construit une relation avec Elsa. Est-il à ce point désespéré lui-même ? Ou a-t-il décelé chez elle ce que plus personne ne voit ?

Très belle histoire d’amour !

Prix Nouveau Talent 2015 de la Fondation Bouygues Telecom

 

Bigflo & Oli – Jeunesse Influençable

Bigflo & Oli

 

Ces deux-là ont la musique dans la peau. Même quand ils n’ont pas le micro, Florian et Olivio Ordonez, alias Big Flo & Oli, parlent en rythme, comme si leur vie était une mélodie. L’alchimie autour des deux «Petits frères du rap français» est indéniable, cela se ressent dans leurs paroles. Et ça plaît.
Je les ais découvert il y a peu et je dois dire que ça fait du bien de voir émerger sur la scène du rap, un style comme celui-ci ! Est-ce que vous connaissez ? Qu’est-ce que vous en pensez ? Je suis curieuse de savoir si tout ça vous fait échos ?
DC

La renaissance de Tohoku


Le 4 mai 2013, une rencontre entre les jeunes du groupe BooksofDream de la bibliothèque Benjamin Rabier et les lycéens de l’école du Tōhoku (école crée en mars 2012 en coopération avec l’université de Fukushima, le ministère japonais de l’éducation et l’OCDE, suite au grand séisme du 11 mars 2011) a eu lieu à la bibliothèque Benjamin Rabier.
Depuis cette rencontre, une correspondance régulière s’est établie entre les jeunes.
Les 30 et 31 août, les lycéens de l’école du Tōhoku organisent un évènement international sur l’esplanade du Champ-de-Mars, afin de montrer au monde qu’ils croient en leur avenir et faire redécouvrir les valeurs de leur peuple et bâtir un nouveau monde.
Les jeunes du groupe BooksofDream, à cette occasion, souhaitent leur adresser un message d’espoir en leur offrant 1000 grues en origami, Symbole de paix et d’espoir au Japon.

PREMIERE INVITATION
Paris/Fukushima:
Rencontre avec des jeunes à la bibliothèque Benjamin Rabier avant le grand rassemblement aux Champs de Mars en 2014.
SAMEDI 4 MAI 2013 — 10H/13H30
Des collégiens et des lycéens japonais viennent partager leur vision de l’avenir et leurs espoirs avec de jeunes Français.

Insaisissable de Tahereh Mafi

images

 

« Je suis enfermée depuis 264 jours.

Je n’ai rien d’autre qu’un petit carnet, un stylo cassé et les chiffres dans ma tête pour ma tête pour me tenir compagnie. »

 

Voici le quotidien de Juliette Ferras, 17 ans, depuis son internement à cause du crime qu’elle a commis. Juste pour s’être oubliée quelques instant et avoir voulu aider un enfant en pleure. Alors qu’elle ne doit jamais  toucher quelqu’un.

Et pourtant dans son monde de solitude, Juliette va faire une rencontre à laquelle elle ne s’attendait  pas. Car il y a une personne, une seule qui n’a jamais eu peur d’elle. Adam Kent, le seul ami qu’elle n’a jamais eu, le garçon dont  elle était secrètement amoureuse mais qui aujourd’hui est un soldat à la botte du Rétablissement, régime militaire qui règne  par la peur et la violence.

D’ailleurs, Juliette a retenu l’attention du fils du leader, le jeune Warner.

Ce jeune homme effroyable et cruel voit en la jeune femme un moyen d’asseoir sa position. Car pour lui, elle est une arme qu’il souhaite utiliser pour sa cause, et pour lui touts les moyens sont bons même à la menacé et menacé celui auquel elle tient.

Mais Juliette n’a pas l’intention de se laisser faire, elle qui recommence à vivre et rêve d’un avenir. Elle va se battre pour ses convictions.

L’auteur a un style d’écriture très particulier. Dans certains passages il n’y a pas de ponctuation voire peu. Les pensées de Juliette, qu’elle n’ose pas avoir se retrouvent au milieu de la narration et sont raturées, et parfois on passe d’une métaphore à une succession de  mots qui se suivent (avec parfois des suites de cinq fois le même mot).

Je ne vous cacherais pas que j’ai eu du mal au début de cette histoire. Mais j’ai aimé ce livre, l’histoire et les personnages. On y découvre une jeune femme brisée par son passé et qui est effrayé par tout : elle a peur de tout, mais surtout, elle a peur d’elle-même et de ce qu’elle est capable de faire avec ce don.

 

Rencontre franco-japonaise du 3 mai 2014 à la bibliothèque Benjamin Rabier

 

A la bibliothèque Rabier a eu lieu la rencontre des jeunes de Books of Dream et l’OECD Tohoku School.

Des étudiants de la délégation de l’Université de Fukushima sont venus à la bibliothèque Rabier.

Partenariat : la bibliothèque Hergé.

Tous nos remerciements à la responsable : Evelyne Lafaurie et les bibliothécaires de Rabier.

Organisation : Evelyne Lafaurie, Djamila Mouziane, Clément Vaqué ainsi que les jeunes de Books Of Dream.

Ne t’en va pas de Paul Griffin

ne t'en va pas

Mack et Céce travaillent dans un restaurant tenu par le vieux et adorable Vico. Mais c’est bien tout ce qu’ils ont en commun. Malgré une famille difficile, Céce est une lycéenne modèle promise à un brillant avenir. Mack, lui, sort d’une maison de redressement et tente de canaliser son passé en s’occupant de chiens blessés.

Céce se raccroche à son nouvel et intense amour pour Mack, tandis que celui-ci entrevoit enfin un avenir apaisé.

Mais le jour où l’on s’en prend à l’un de ses chiens, Mack perd le contrôle et commet l’irréparable, ce qui le conduit tout droit en prison.

Devront-ils, pour autant, faire le deuil de leur amour ?

Un héros au tempérament de feu et une héroïne fragile, le tout dans un roman à deux voix ce qui nous permet de nous mettre dans la peau des personnages principaux. Pourtant, les comparaisons s’arrêtent là.

Une romance élue Meilleur Roman Young Adult 2011 aux États-Unis.

La légende des 1000 grues

 

Sadako Sasaki et la légende des 1000 grues

Le 6 et le 9 août 1945 furent pour beaucoup la démonstration ultime de la terreur. De quoi étaient capables les hommes de ce monde. Encore aujourd’hui, nous gardons en mémoire la vie de tous ces gens qui ont été emportées dans l’au-delà. Une stupide création de l’Homme avait anéanti toute une génération de familles, des souvenirs d’une existence paisible ainsi que le refuge de millions de gens.

Nagasakibomb

 Parmi tous ces gens, certains ont survécu. Appelés « Hibakusha », littéralement « Victime de la bombe ». Une des « victimes de la bombe » se prénommait Sadako Sasaki, née le 7 janvier 1943. Une jeune fille japonaise dont la vie avait été bouleversée. Victime de la radiation très importante provenant de la déflagration de la bombe, explosée à un peu plus de deux kilomètres, son corps fut abondamment irradié. Mais pendant la décennie qui suivit, elle semblait être une fille en bonne santé. Elle était heureuse et allait à l’école comme tous les autres élèves. Et se lança même dans la compétition de course à pied. Un jour, elle permit à son équipe de gagner une course, mais à la fin de celle-ci, de violents vertiges apparurent. Croyant tout d’abord que la cause relevait de la fatigue, elle ne s’inquiéta pas. Le réveil de ces vertiges peu de temps après, effraya son entourage et elle même. Particulièrement le jour où celle-ci ne put même plus se relever après être tombée à la renverse dans la classe au milieu des élèves. La vérité fut dévoilée en fin de journée à l’hôpital de la Croix-Rouge. Elle était atteinte d’une maladie : la leucémie. Cette maladie qui décimait une grande partie des rescapés de la bombe atomique.

Portrait Sadoko

Sa meilleure amie, Chizuko, lui apporta un origami représentant une grue en lui expliquant la légende des 1000 grues. Cette légende disait que la grue, l’un des plus gros oiseaux au monde, pouvait vivre pendant 1000 ans et que celui ou celle qui pliera 1000 grues en origami verrai réaliser son vœu ou son rêve le plus cher par les dieux eux-mêmes. Son rêve à elle, c’était de guérir, pour continuer de vivre sa vie paisible et la course à pied. Chaque jour, elle accomplissait au fur et à mesure sa tâche, parfois avec l’aide de ses parents. Cela était devenu une raison de plus pour elle de se battre. Elle n’avait pas d’autres choix que de mettre toutes ses forces dans cette légende et prier pour que les dieux lui permettent de guérir.Néanmoins, cette version de l’histoire se révèle finalement n’être qu’une déformation suite à la parution de livres ou de contes, et ne reflète pas la véritable histoire. Pour le confirmer, il suffit de constater la véritable signification des kanji composant le prénom de Chizuko : 千鶴子, signifiant justement  »Enfant des milles grues ». Cette fille n’aurait donc jamais existé. L’origine de créer des origami serait tout autre, Sadako aurait été étonné par des grues que certains autres patients avaient reçu de la part d’étudiants. Bien sûr, le but était le même : la guérison.

Voici le site tenu par la famille de Sadako où il est possible de faire la distinction entre l’histoire contée et la véritable histoire : http://www.sadako-jp.com/sadako.html

Cependant, elle mourut de sa maladie à l’âge de 12 ans le 25 octobre 1955, en ayant plié un total de 644 grues. Elle fût sortie entre temps de l’hôpital après s’être senti mieux, mais rapidement de retour pour ne pas en sortir pendant 3 ans et demi. Les élèves de sa classe décidèrent pour accomplir sa tâche de plier les grues restantes et une fois finies, d’arborer cette guirlande d’origami sur la tombe dans lequel allait être enterrée la jeune fille, flottant et virevoltant avec le vent. Encore une fois, la véritable histoire est tout autre. Elle aurait plié plus de milles grues (peut-être 1300 ? ou même 1500 ?), en vain… Ses camarades de classe avaient récolté auprès de plus de 3 000 écoles dans 9 pays différents une somme assez importante pour construire une statue à son effigie. Suite à cette histoire, la grue en papier devint un symbole de paix au Japon, et Sadako aussi. Encore de nos jours, il n’est pas rare de voir des écoliers apporter des grues et se recueillir lors d’une sortie scolaire.

Il est possible d’admirer la statue de Sadako Sasaki, tenant dans ses mains ouvertes une grue géante en or, honorée par des guirlandes d’origami chaque année. On peut y lire une inscription à sa base, écrite par les élèves de sa classe :

« Ceci est notre cri. Ceci est notre prière. Paix dans le monde ».

 

De nombreux films et livres parurent, contant son histoire. Ceci étant la cause certaine de la déformation de l’histoire. Dans l’une de ses versions, un Haiku est composé par Sadako :

J’écrirai la paix sur vos ailes,
et vous volerez autour du monde,
de sorte que les enfants ne meurent plus de cette façon.

De nombreux enfants du monde entier ont envoyé et envoient encore à l’heure où j’écris ces lignes des origami à destination d’Hiroshima disposés autour de la statue de Sadako. Si vous aussi cette histoire vous a ému, vous pouvez faire la même chose et envoyer votre grue à l’adresse suivante, qui arrivera forcément à destination :

Peace Promotion Division
The City of Hiroshima
1-5 Nakajima-cho Naka-ku,
Hiroshima 730-0811 Japan

A coup sûr cette histoire se perpétuera de génération en génération. Cet article en est la preuve. L’émotion suscite le partage. Et le partage profite à toutes les générations.

Dominique

 

 

Les actualités franco-japonaises

ACTUALITES : FRANCO-JAPONAISES [ECO : OECD TOHOKU SCHOOL: ÉVÈNEMENT INTERNATIONAL À PARIS SUR LE CHAMP-DE-MARS LES 30 ET 31 AOÛT 2014

L’OCDE accorde une grande importance à la motivation, la curiosité et la créativité des élèves. L’initiative menée main dans la main avec l’école de l’OCDE-Tohoku s’appuie sur une stratégie d’enseignement axée sur les projets, qui s’avère extrêmement motivante. La mission confiée aux élèves participant au projet est la suivante :

Organiser une manifestation internationale à Paris en 2014 pour faire connaître au monde
entier la beauté de leur région et de leur pays, tout en célébrant leur renaissance créative.
L’organisation de cette manifestation sera, pour les élèves,  l’occasion d’acquérir  de précieuses
compétences. Ce projet sera par ailleurs porteur d’espoir pour la région et le pays.
Le but ultime de cette initiative est de redynamiser la région en faisant la part belle à la créativité dans les
méthodes pédagogiques.  Ce projet offre un  parfait exemple  de  la manière dont la créativité dans
l’enseignement peut donner un nouveau souffle à la région, en s’appuyant sur de nouvelles valeurs et des
idées novatrices.
Voici le message des élèves de l’école de Tohoku dans le cadre de ce programme: 

« Chers amis de la France,

Nous sommes 100 jeunes adolescents issus du Tohoku, au Japon. Notre région a été frappée par le grand séisme du11 mars 2011, le plus puissant jamais enregistré dans notre pays. Au séisme ont succédé un tsunami et un accident nucléaire. Nous avons perdu des proches et des amis. Nous avons traversé des moments difficiles et nous avons beaucoup de peine.

Mais nous sommes forts. En mars 2012, l’école de Tohoku a été lancée en coopération avec l’Université de Fukushima, le Ministère japonais de l’Education, des sciences et de la Technologie et l’OCDE. Depuis lors; nous avons appris à renouveler nos énergies, à nous faire de nouveaux amis, à reconstruire ce lieu de vie qu’est l’école, à redécouvrir les valeurs de nos peuples et à bâtir un nouveau monde.

Nous nous appelons « WA », qui siginifie le cycle, la chaîne, la transmission,. Nous espérons qu’elle nous connectera avec le monde entier et qu’elle nous permettra de transmettre nos pensées, nos expériences, nos émotions, créant ainsi, ensemble, un grand mouvement.

Nous avons une mission. Nous organisons un évènement international à Paris, sur le Champ-de-Mars, les 30 et 31 août 2014. Nous voulons déclarer au monde entier que notre région, que notre pays renaît avec force et créativité. Nous voulons exprimer tout ce que nous avons en nous. Nous voulons montrer au monde que croire en son avenir apporte une force et une conviction extraordinaires.

Notre plus grande réussite serait que vous soyez nombreux à nous rejoindre. Nous vous attendons avec impatience les 30 et 31 août 2014 sur le Champ-de-Mars.

Prenez date! Rejoignez-nous!

L’EQUIPE DU WA »

Pour en connaître plus sur l »quipe du WA et le projet de l’école de Tohoku en partenariat avec l’OCDE:

Page Facebook de l’école de Tohoku-OCDE

Programme de l’OCDE pour l’école de Tohoku

Page officielle de l’OCDE pour le programme de l’écolede Tohoku

Larmes…

J’ai mis dans ces mots, tout ce que je n’ai pas su te dire.

J’écris dans ces lignes tout ce qui n’a pas pu sortir.

Je dis mes blessures, mes faiblesses

Mes faux pas, mes maladresses

Aux travers de mon masque.

La peine décris des arabesques

Je l’empêche, je la retiens, mais je n’y peux rien

Mes larmes coulent ma vie se brouille

Je ne pense plus, la mort me hante, mais elle n’est plus la bienvenue

Ma rage est ardente, il faut que je continue, que je ne lâche pas les armes

Mais la vie a perdu son charme

Je suis tombée de haut mais je ne pourrais pas tomber plus bas

Alors j’avance sans baisser les bras

Et même si tout autour de moi la tempête fait rage

Je crois en moi et je ne perds pas courage

Les larmes….me coulent

Et tel un esprit saoul, elles glissent le long de mes joues

Et sur le rivage de mon cœur elles s’échouent.

Doucement, tendrement ou rapidement comme un torrent

Elles roulent, roulent, elles me souillent

Larmes de tristesse, masque de faiblesse

Et telle une tigresse, elles me saignent, elles me blessent

Les larmes me coulent, et tel un esprit saoul

Elles volent au loin synonyme de chagrin.

Léa Martiano