Jade Palace

jade palace

Luo Qing Chuan est une belle jeune fille des temps modernes qui aime l’Histoire. Un jour, elle voit de loin un portrait sur un parchemin datant de la dynastie Qing. Intriguée elle se rapproche et y dinstingue nettement son portrait craché. Le parchemin s’envole et elle le suit. D’un coup, elle se retouve projeté dans l’ère Qing sans rien comprendre.
Elle y rencontrera le 8ème prince qu’elle trouvera très pueril et désagréable et le 4ème prince, son idol. Qing Chuan sera alors au centre des conflits pour l’accès au trône et découvrira que l’Histoire est beaucoup plus sanglante que dans les livres. Elle apprendra à connaître les 2 princes et se verra éprouver des sentiments envers le 8ème. Mais d’après l’Histoire, il est destiné à mourir jeune. Combien de temps leur reste-t-il ensemble?

Nika

Faith

34a197fe74d32d67c224d0e50c1dae9d-faith

Titre original              신의

Titre alternatif          The Great Doctor

Catégorie                    Historique

Genre                          Drame, Médical

Chaîne de diffusion    SBS

Année de diffusion     2012

Nombre d’épisodes    24

Acteurs principaux

Lee Min Ho: Général Choi Yeong

Kim Hee Sun : Yu Eun Su

Park Se Yeong: Princesse No Guk

Ryu Deok Hwan : Le roi Gong Min

 

Yu Eun Su est une chirurgienne plastique de 33 ans vivant en l’an 2012.
Exerçant à l’origine comme chirurgienne généraliste, elle trouva vite cette profession exténuante et peu rémunérée. Elle décida alors de s’orienter vers la chirurgie plastique avec pour rêve d’ouvrir son propre cabinet médical. Elle souhaite aussi trouver son âme sœur qui est, d’après un diseur de bonne aventure, un homme qu’elle aurait déjà rencontré dans le passé.
Mais un jour, alors qu’elle assiste à une convention médicale, Choe Yeong, général du roi Gong Min, la kidnappe et la ramène dans l’ère Goryeo à travers un tunnel spatio-temporel, afin d’user de ses compétences médicales.
En effet, la princesse No Guk a été grièvement blessée lors d’une attaque visant le roi.

Eun Su parviendra-t-elle à sauver la princesse et à retourner dans son époque ?

Avis aux fans de l’acteur Lee Min-Ho (il est trop beau !!). Si vous avez adoré Boys over Flower et Personnal Taste vous allez adorer cette nouvelle série. Et pour les autres ne vous inquiétez cette fois il y a de l’action et du sang, pour une fois ^^.

The moon that embraces the sun

Le Soleil et la Lune sont les emblèmes du roi et de la reine.
Une shamane du nom d’Ari se réveille avec une désagréable sensation de mal-être. Elle part alors à la recherche de ses maux qui l’amène dans les bois lui faisant assister à une scène qu’elle n’aurait pas du voir. Dès lors, elle se fait traquer à mort. Elle trouve refuge dans le palanquin d’une noble dame enceinte qui l’aide a tromper les soldat. Pour la remercier de son aide, Ari lui jure de protéger son enfant, à qui elle a prédit un destin de Lune, même au-delà de la mort. peu de temps après, elle se fait capturer mais a le temps de dire à sa meilleure amie son dernier souhait avant de mourir : protéger l’enfant. Son amie devenue Grande Prêtresse au fil des années cherche désespérément l’enfant.
Cette enfant, qui se trouve être Heo Yeon Wu, rencontre le prince héritier alors que celui-ci tente de s’échapper du palais pour aller voir son frère qui est le fils illégitime du roi. Dès lors le prince tombe amoureux de Yeon Wu, qui ne connait même pas son identité malgré les efforts de celui-ci pour lui faire savoir son rang.
Au fil du temps leurs sentiments deviennent réciproques. Puis vient le jour où le roi décide de choisir une épouse pour son fils et convoque alors toutes les filles en âge de se marier avec le prince. Heo Yeon Wu devient princesse héritière mais succombe à une mystérieuse maladie juste avant de se marier avec le prince. Le prince fou de douleur devient alors une personne froide et distante mais ce qu’il ne sait pas, c’est que la Grande Prêtresse a eu le temps de ramener Yeon Wu à la vie. Elle vit une toute autre vie ailleurs en ayant perdue la mémoire.
C’est alors que ramenée à la capitale par le destin, elle rencontre le prince une nouvelle fois, mais cette fois sous le nom de « Wol » qui veut dire « Lune ».

Cette fois sera-t-elle la bonne ?

Trailer :

Nika

Shigurui de Norio Nanjo, illustré par Takayuki Yamaguchi

Shigurui – épisode 1

Synopsis (source Animeka) :

Japon, an 6 de l’ère Kan’ei. L’excentrique seigneur Tokugawa Tadanaga décide d’organiser au château Sunpu un tournoi opposant 22 samouraïs aux techniques reconnues. Contre l’avis de ses conseillers, les combattants utiliseront de vrais sabres et non des Bokken (sabres en bois).
L’un des combats oppose Fujiki Gennosuke, amputé de son bras gauche, à Irako Seigen, dépourvu du sens de la vue. Malgré ces handicaps, les deux samouraïs sont reconnus comme étant parmi les meilleurs. Commence alors un long flashback où l’on retrouve nos deux sabreurs lors de leur première rencontre au dôjô Kogan tenu par le maitre Iwamoto. Ainsi commence la rivalité pour devenir l’héritier de la technique secrète du dôjo et obtenir la main de la fille du maitre, Mie-dono

Avis de Shinta

Animé superbement réussi, histoire bien montée, avec une ambiance envoûtante! Personnellement je n’ai pas vu le temps passé à chaque épisode tellement on est pris par l’animé! Une fois rentré dans le flash-back, l’histoire devient cruelle et on peut éprouver de la peine pour certains personnages, notamment Mie-dono qui va en baver! Relativement court comme animé mais il reste excellent. On peut voir tous types de mentalités humaines, de la plus détraquée à la plus loyale, en passant par le personnage sournois avide de pouvoir! Par contre âme sensible s’abstenir. Même si le début est bien beau, une fois entré dans les flash-back des choses très cruelles et immorales se dérouleront!

Je le conseille à ceux qui aiment les mangas de samouraï avec pas mal de sang ^ ^.

La Rafle

Film : la Rafle

Réalisatrice : Roselyne Bosch

Avis de votre dévoué et fidèle

Après le film que je viens de voir, il fallait que je vous écrive. Je sors à l’instant même d’une projection de la Rafle, par Roselyne Bosch. Il faut que je vous raconte ces moments si forts que je viens de vivre, la douleur qui émanait de ce film.

C’est un film qui raconte, à travers la vie d’un quartier juif, entre juin et août 1942, l’ignominie, l’horreur de la rafle du Vel D’hiv. C’est une histoire dans l’Histoire, pendant cette période si tourmentée. Nous allons suivre ces pauvres gens pendant quelques jours avant la rafle aux wagons à bestiaux par lesquels ils ont été déportés « à l’Est », en passant par le parcage des juifs pendant 5 jours – alors qu’on leur avait demandé de n’apporter que 2 jours de vivres ! – au Vélodrome d’hiver et leur « internement » au camp de Beaune la Rolande, et suivre le destin tragique qui fut le leur.

Mais faisons un peu d’histoire, pour mieux comprendre pourquoi c’est précisément le Vel d’Hiv qui a été choisi. Construit en 1909, il était prévu pour les courses cyclistes et combats de boxe .En 1941 et 1942 il a servi de lieu de rencontres pour des manifestations collaborationnistes et fut choisi pour cette funeste rafle.

Il faut que vous vous représentiez les conditions de détention : pas de soins avec le nombre de malades,
de femmes enceintes, de nouveaux nés et de personnes âgées raflés, pas d’eau potable, une chaleur estivale étouffante, un air poussiéreux et empuanti, soumis a un éclairage violent et constant de jour comme de nuit, assourdi par les appels incessants des hauts parleurs.

Ce film, premier sur ce sujet – La rafle du Vel d’Hiv – traite de la collaboration de la Police française avec
le régime Nazi, l’assassinat ignoble de milliers de juifs, sous prétexte du « rétablissement l’autorité de la police française » ! Quel prix élevé que celui de milliers de vies humaines, quelle déchéance ! La France reniait ceux qui avaient combattu sous ses drapeaux en 1914, la France reniait ses habitants qui avaient tant contribués à faire sa gloire, la France, enfin, reniait son humanité ! Oui, car c’est la France qui a opéré la Rafle, et cette même France qui a offert les enfants comme « prix » pour vendre sa dignité ! Si tu savais le torrent d’émotions que ces images ont soulevé en moi : La peine, le chagrin, la pitié, mais aussi la colère et un sentiment de révolte ! Comment peut-on abandonner sa condition humaine, s’avilir à ce point, pour  enfin devenir une machine obéissant à des ordres inhumains !

Tous les personnages de ce film ont existé. Roselyne Bosch (journaliste d’investigation) est , avec l’aide de Serge Klarsfeld (ancien déporté) , entrée en contact avec trois témoins encore vivants : Fernand Bodevin , l’un des pompiers du Vel ‘d’Hiv, Joseph Weismann et Anna Traube. Elle a aussi lu les lettres jetées sur les voies par les enfants déportés a Auschwitz, et vu les « Films de vacances d’Eva Braun ». Tous les faits et anecdotes sont véridiques, qu’ils soient directement ou non liés à la Rafle.

Certains choix de mises en scènes ont directement pour origine des souvenirs des témoins : le plan serré sur les doigts de Nono est la transcription visuelle d’une phrase d’Annette Monod, qui se rappelle « quatre bouts de doigts dépassant du train » quand Jacquot (le personnage inspirant Nono) crie  : « Je veux descendre ! »

Je vous conseille vivement d’aller le voir, c’est un film édifiant et poignant : les acteurs jouent leurs rôles à merveille, les enfants comédiens, surtout, sont si expressifs qu’ils nous mettent les larmes aux yeux. Cela ajouté à une Mélanie Laurent tout en larmes et réflexions et un Jean Reno désabusé, nous donne la recette d’un film qui restera dans les mémoires, en tout cas dans la mienne.