Vango de Thimotée de Fombelle

Vango va vous faire voyager! De Sicile à Paris, d’Écosse à New-York en passant par Moscou ce roman vous emmène au cœur des années 1930 sur les traces de Vango Romano, jeune homme au passé mystérieux traqué par la police pour le meurtre d’un prêtre. Notre héros va chercher à savoir qui il est, d’où il vient ainsi  qu’à prouver son innocence tandis qu’un complot est ourdi contre lui. Pour cela il trouvera à ses côtés de précieux compagnons; le père Zefiro, prêtre en exil qui a fondé sa propre communauté religieuse; Ethel, une riche et jeune héritière rencontrée lors d’un tour du monde en zeppelin et bien d’autres encore.

Une fois qu’on l’a commencé il est impossible de lâcher ce roman. Vango représente le héros tel qu’on aimerait l’être; courageux, intelligent, humble et qui ne renonce pas face aux dangers. Thimothée de Fombelle à su insuffler avec brio un panache romanesque à ses personnages, ce qui le place en digne héritier d’Alexandre Dumas. La richesse de son écriture et du contenu de son roman n’ont d’égal que la fluidité de son style. Il donne ainsi ses lettres de noblesse à la littérature jeunesse française contemporaine.

Assurément un des plus beaux romans jeunesse de ce début de XXIème siècle!

Publicités

 » Le liseur  » de Bernhard Schlink

le liseur

 

Le narrateur, prénommé Michael,  à quinze  ans lorsqu’il rencontre Hanna ayant au moins le double de son âge, et devient son amant et son « liseur » attitré. Hanna est son premier amour.

Un jour, après un non-dit dans leur relation,  Hanna  s’en va sans explications.

Des années plus tard, Michael devenu  étudiant en droit,  retrouve par hasard  Hanna sur le banc des accusés d’un procès d’anciennes criminelles de guerre nazi.

« Le liseur » n’est pas exactement un livre sur la deuxième guerre mondiale du côté allemand, mais plus une réflexion sur la justice, la culpabilité et la difficulté d’une réparation.

C’est aussi le récit d’une singulière initiation amoureuse, et des répercussions de ce premier amour sur la vie entière de Michaël, le narrateur de cette histoire.

Irrésistible Attraction de Simone Elkeles

irresistible attraction
Voici l’histoire :

Pour échapper à la police de Mexico, Carlos Fuentes s’installe chez son frère Alex, qui s’est rangé des gangs dans le Colorado. Kiara, une jeune lycéenne sage, un peu garçon manqué, lui sert de guide dans ce monde policé qu’il ne connaît pas. Carlos, poussé par ses habitudes de bad-boy, ne tarde pas à replonger ; et, pour éviter la prison, il doit suivre un stage de réinsertion et accepter de vivre chez le professeur Westford, père de la jeune fille, qui a déjà sorti son frère Alex de la galère. Malgré leurs différences, les deux adolescents apprennent à se connaître et s’attirent de plus en plus. Mais Carlos, s’il veut vivre pleinement son amour pour Kiara, doit d’abord rompre une fois pour toutes avec la culture des gangs.

Simone Elkeles est une auteur à suivre pour tous ceux qui sont fans des belles histoires d’amour.

Ce que je sais de Véra Candida – Véronique OVALDÉ

Véronique Ovaldé est un écrivain née en 1972. Elle publie son premier roman Le sommeil des poissons en 2000. En 2008, son cinquième roman Et mon cœur transparent est récompensé par le prix France Culture/Télérama. En 2009 elle reçoit le prix Renaudot des lycéens et le prix France Télévision, en 2010 le Grand Prix des lectrices de Elle pour son roman.

Le roman découpé en quatre parties suit le destin tragique de trois femmes d’une même famille sur trois générations dans un petit village imaginaire d’Amérique du Sud.

Il y a d’abord Rose qui, après avoir été de longues années « la plus jolie pute de Vatapuna », s’est reconvertie dans la pêche aux poissons volants, avant de donner le jour, à plus de 40 ans, à une petite fille qui n’a pas vraiment de père. Il y a ensuite Violette, cette petite fille, un peu simplette, qui tombe enceinte à 15 ans d’on ne sait qui, et donne à son tour naissance à une petite fille. Il y a enfin Vera Candida, élevée par sa grand-mère, et qui, lorsqu’elle se retrouve enceinte à 15 ans, décide de fuir Vatapuna.

Ce roman fut pour moi un véritable enchantement !

Il émane de ce texte une grande poésie et une grande douceur, dans un style bien particulier qui nous donne accès en quelque sorte aux marges du monde réel, un lieu presque utopique d’Amérique du sud où la vie semble s’écouler avec une langueur extrême.

Dans ce roman, ce sont les femmes qui ont la part belle, c’est presque un roman de femmes : s’ils ne sont pas totalement absents, les hommes sont souvent réduits à de simples figurants, souvent lâches et égoïstes sinon monstrueux, à l’exception notable du personnage d’Itxaga, qui redore ce blason masculin.

Et parmi ces femmes bien sûr émerge Vera Candida, dont le portrait magnifique ne peut que nous émouvoir : elle paraît si forte et se révèle pourtant si fragile, farouche, blessée, elle a du mal à se laisser aller au bonheur et à l’amour comme si une malédiction familiale planait sur elle ; en quittant Vatapuna, c’est ce cercle infernal qu’elle a voulu briser, et grâce à son courage, elle y réussit. Presque.

Ce qui rend ce livre superbement poétique !

A lire ici !

Anissa Berkani Rohmer