Le libraire de Kaboul de Åsne Seierstad

Asne Seierstad est une journaliste norvégienne. Elle a couvert la chute des Taliban à Kaboul fin 2001 et après cette période, elle s’est plongée dans l’ambiance post taliban en passant 5 mois dans une famille. Ce livre est le récit de cette période, le portait des membres de cette famille. le libraire de Kaboul

Il est intéressant de lire que la famille a intenté un procès à l’auteure pour diffamation et que l’auteur a été condamné. Le libraire a de son côté écrit un livre pour raconter sa propre version.

Slumdog Millionaire de Danny Boyle

Slumdog millionaire sorti en 2008 et récompensé de quatre Golden Globes et huit Oscars raconte comment Jamal Malik, Un jeune illettré participe dans la version hindie du programme télévisé « Who Wants to be A Millionaire » a fin de rétablir le contact avec la fille qu’il aime, qui est une fan dévouée.

Jeune indien originaire d’un bidonville, va gagner la super-cagnotte à la version indienne télévisée de Qui veut gagner des millions ?

Slumdog Millionaire s’inspire d’une histoire vraie. Le souffle épique et l’humanité qui se dégagent de ce film cueillent les spectateurs dès les premières minutes.

Un vrai régal !

Suffragette de Sarah Gavron (film)

Suffragette

de Sarah Gavron

 

Sortie dans les salles en octobre 2015

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19554094&cfilm=222967.html

 

Emmeline Pankhurst. et ses comparses de lutte se retrouvent en plein mouvement révolutionnaires britannique, pour les droits civiques de la femme.

Tranche historique à l’origine de l’arrivée des droits de la femme se film historique est attendu depuis 4 ans.

On compte sur ce thème fort et le casting pour nous replonger à la fin du XIX siècle au moment de l’un des combats les plus emblématiques de l’époque.

Je ne serais que vous recommander d’aller en salle pour  (re)découvrir ce sujet fondamental qui nous montre que rien n’est jamais acquit à l’homme et encore moins à la femme. 

Vous aimez écrire ? Venez voir ça !

Vous aimez écrire ?

Est-ce que vous connaissez ces forums d’écritures ?

 

Vous est-il déjà arrivé d’avoir envie d’écrire ? Si la réponse et « oui » ce que je vais vous présenter est susceptible de vous plaire ! C’est ce que l’on appelle des forums d’écritures collectives. Ils se sont développés avec la création des communautés de joueurs de jeu en ligne.(WOW et compagnie.) Certains, ont voulu aller plus loin que le jeu et se sont mis à écrire, des histoires, sur leur personnage.

Après, Harry Potter est apparu et des fans ont eu envie d’écrire des histoires sur l’univers. C’est comme ça qu’il y a eu les premiers forums RPG (Role play game) ! Ca ne s’arrête pas là, on peut en trouver de tous les genres : S&F, vie de pensionnat, Vampire Diares). Il y a autant de choix que d’écrivains.

 

Des exemples :

 

Généralement, on vous explique tout quand vous arrivez. Il vous faut d’abord créer un personnage, avec sa carte d’identité (qu’on appelle une « fiche de personnage ») puis c’est parti vous pouvez écrire avec les autres. Le principe est d’imaginer à plusieurs des histoires (voyons ça comme des « chapitres ») qui feront évoluer votre personnage, selon ce que vous voulez lui faire vivre, expérimenté, etc.

Au premier abord ça peut paraître un peu barbare, mais d’expérience, il y a toujours une bonne âme qui arrive et se propose de vous aider, de vous guider, dans la découverte. Ici, par exemple, ce sera peut-être moi ! Si tout cela vous intrigue, n’hésitez pas à laisser un petit commentaire et on prendra contact !

Donc, au plaisir de croiser votre plume sur la toile ?

 

DC

Wake Up America

Chronique poignante de la lutte des noirs américains pour obtenir des droits civiques, Wake up America nous immerge dans l’Amérique ségrégationniste de l’après seconde guerre mondiale.

C’est à travers le parcours de John Lewis, qui est toujours aujourd’hui député aux États-Unis, que l’on se rend compte (même si cela ne faisait pas beaucoup de doute) dans cette bande dessinée de l’horreur de la ségrégation raciale dont étaient victimes les afro-américains il n’y a encore pas très longtemps. Grâce à de nombreux détails de sa vie quotidienne, décrits par Andrew Aydin et dessinés par Nate Powell , J.Lewis parvient à nous faire ressentir ce que pouvaient être l’humiliation constante d’être considéré comme un être inférieur par toute une population. L’engagement progressif de John Lewis dans la lutte pour les droits civiques est détaillé avec précision et force. Il s’agit ici du premier tome d’une trilogie qui s’étendra jusqu’à l’année 1968.

J’ai été profondément touché par ce soucis du détail qui nous fait ressentir le caractère profondément humain de John Lewis et exacerbe donc le caractère injuste de la discrimination dont furent victimes les noirs américains. Le côté historique est également très présent car l’on croise Martin Luther King ou Rosa Parks que le protagoniste a eu l’occasion de côtoyer au cours de son combat. Un vrai coup de cœur donc sur lequel il faut se jeter, pour comprendre ce qu’était l’Amérique rurale des années 1950-1960.

(cliquez sur l’image pour savoir si un exemplaire est disponible à la bibliothèque).

 

Chers amis de France,

Nous sommes 100 jeunes adolescents issus des  départements d’Iwate, Fukushima et Miyagi qui forment la région du Tohoku.

vraie carte sinistrée du japon

Notre région a été frappée par le grand séisme du 11 mars 2011, le plus puissant jamais enregistré dans notre pays. Au séisme ont succédé un tsunami et un accident nucléaire. Nous avons perdu des proches et des amis. Nous avons traversé des moments difficiles et nous avons eu beaucoup de peine.

Mais nous sommes forts. En mars 2012, l’Ecole du Tōhoku a été lancée en coopération avec l’Université de Fukushima, le Ministère japonais de l’Éducation, des Sciences et de la Technologie et l’OCDE. Depuis lors, nous avons appris à renouveler nos énergies, à nous faire de nouveaux amis, à reconstruire ce lieu de vie qu’est l’école, à redécouvrir les valeurs de notre peuple et à bâtir un nouveau monde.

Nous nous appelons « Wa », ce qui signifie le cycle, la chaîne, la transmission. Nous avons choisi ce terme car il exprime notre volonté de former un réseau avec le monde entier et de transmettre nos pensées, nos expériences, nos émotions, créant ainsi, ensemble, un grand mouvement. 

Nous avons une mission. Nous organisons un événement international à Paris, sur le Champ-de-Mars, les 30 et 31 août 2014. Nous voulons déclarer au monde entier que notre région, que notre pays renaît avec force et créativité. Nous voulons exprimer tout ce que nous avons en nous. Nous voulons montrer au monde que croire en son avenir apporte une force et une conviction extraordinaires.

Notre plus grande réussite serait que vous soyez nombreux à nous rejoindre. Nous vous attendons avec impatience les 30 et 31 août 2014 sur le Champ-de-Mars.

Prenez date ! Rejoignez-nous !

L’équipe du Wa !

LE ROMAN DE SOFIA – HENNING MANKELL – Traduit du suédois par Agneta Segol et Marianne Segol-Samoy (livre 3)

le roman de sophia 2Le Roman de Sofia est la compilation de trois ouvrages d’Henning Mankell, successivement traduits en 1998, 2003 et 2011. Sofia existe vraiment. C’est une jeune femme du Mozambique (ancienne colonie portugaise) qui a perdu ses deux jambes en sautant sur une mine quand elle était petite. Sa soeur Maria qui l’accompagnait n’a pas survécu : c’est ce que raconte le premier livre, Le Secret du feu. Il parle aussi du décès du père, paysan victime de la guerre civile, et de la façon dont l’héroïne a du trouver sa place après son accident. Le deuxième livre, Le Mystère du feu, traite d’un autre malheur, la disparition de la soeur aînée Rosa, atteinte du sida. En parallèle, la mère Lydia lutte pour conserver l’accès des villageois à un champ potager menacé d’être transformé en golf. Enfin dans le troisième livre La Colère du feu, Sofia, devenue maman de deux jeunes enfants, doit faire face à l’infidélité de son mari Armando.
Henning Mankell dit ne raconter que des faits réels, bousculant simplement la façon dont ils se sont déroulés. Suivie par un narrateur externe attentif, Sofia devient alors une figure emblématique de la résilience : envie de vivre envers et contre tout, capacité à faire de ses difficultés des atouts. A chaque nouveau malheur, on pense qu’elle ne se relèvera pas et pourtant elle continue, en mémoire d’abord de ses proches disparus, plus tard pour ses enfants. Tout se passe comme si le fait de ne pas pouvoir courir ou danser (elle adore) galvanisait Sofia, lui permettait de supporter toutes ses souffrances et la propulsait même vers un meilleur. Courageuse et opiniâtre, la jeune fille sait instinctivement polir ses sentiments, trouver des réconforts : elle parle régulièrement avec les morts dans sa tête, décrypte les flammes du feu et y devine son avenir comme le lui a appris une vieille femme. Attention, elle n’est ni superstitieuse ni sotte, seule de son village à ne pas croire aux promesses des guérisseurs de chasser le sida comme un mauvais esprit.

Vraiment à lire ! Et bonne lecture