The Flash

b_1_q_0_p_0

Cette série doit être l’une des meilleurs séries que j’ai pu voir (et j’en vois beaucoup:)) et continue de l’être encore. Pour tous les fans de DC Comics (dont je fais parti :)), c’est très agréable de découvrir les origines de Flash, l’homme le plus rapide du monde. Surtout pour ceux qui comme moi on grandit avec les images du dessin animé de la Ligue des Justiciers qui certes datent un petit peu mais reste une très bonne adaptation. Dans cette adaptation, on ne trouve malheureusement pas beaucoup de détails sur Flash qui était pourtant l’un des principaux personnages faisant parti des fondateurs de la Ligue.

Mais aujourd’hui (enfin ça fait un an quand même :/) DC revient pour nous proposer le retour de ce héro méconnu Barry Allen alias The Flash. Le personnage de Barry joué par Grant Gustin fait aussi une apparition dans la saison 2 épisode 8 de Arrow qui nous permet d’avoir un premier aperçu de la personnalité du futur héro.

Comme vous l’aurez compris la série met en scène Barry et son équipe (qui deviendra sa famille) et les embarquent dans leurs aventures impliquant des méta-humains (vous vous demandez ce que signifie ce terme allez regarder la série :)). La série contrairement a celle de Arrow avec laquelle elle est liée apporte une sorte de lumière contrairement a Arrow qui agit plutôt dans l’ombre et reste un personnage entouré d’obscurité. Alors que Flash est plus lumineux, plus insouciant, plus enjoué ce qui fait un beau contraste entre les deux séries et renvoi a différentes thématiques.

le scénario est bien écrit et les acteurs bien choisit. Tous lutte contre les méta-humains et essaye de découvrir la vérité sur le meurtre de la mère de Barry et sur l’identité du Reverse Flash. La série s’épanouit à son rythme entre les buts finaux et les enquêtes sur les méta-humains. Et j’aime assez ce petit clin d’œil fait à la série des années 80 car l’acteur qui y jouait le Barry Allen, joue ici le père du nouveaux Flash et c’est un peu comme la relève et je trouve cela plutôt sympathique.

C’est une série que je pense ne pas oublier et continuer à regarder car elle nous apporte tous les bons ingrédients: amour, tragédie, vérité, humour, amitié, tristesse et douleur parfois.

Voila c’est fini, mais juste une dernière chose: faite attention car vous risquez de devenir accro!

 

Sous influence Tome 1 de Gwen Hayes

Comment réagiriez-vous si un homme en feu tombe du ciel ? sous influences

Quelle serez votre réaction si une force obscure vous désir plus que tout ?

Theia jeune adolescente mène sa vie en se battant tout les jours pour satisfaire son père, même lorsque cela va à l’encontre de sa nature.

Ce livre est passionnant, emplie de personnages mystérieux tous différents mais unique à leur façon.

Vous transportera loin dans un monde obscur où votre allié se trouvera la où vous vous y attendrais le moins.

Perla freoa

Aliénor McKanaghan, tome 1 : Litha de Laetitia Constant

litha

Des surprises, des rebondissements, des personnages très attachants et une intrigue parfaitement menée, il ne m’en a pas fallu plus pour tomber amoureuse de la plume de l’auteur et la suivre au bout du monde.

La plume de l’auteur est très agréable, on s’imagine sans peine les scènes se passant devant nos yeux et les personnages qui y évoluent. Je suis d’ores et déjà curieuse de voir ce que va nous réserver la suite de l’histoire étant donné ce qu’il se passe à la fin de ce premier tome…. Vivement !

Comme un conte de Graham Joyce

comme un conte

Tara n’avait que 16 ans au moment de sa disparition.  Lorsqu’elle réapparaît, le jour de Noël, à la porte de la maison familiale, Mary et Dell, ses parents n’en croient pas leurs yeux. Cachée derrière une paire de lunettes noires, la jeune fille ne semble pas avoir pris une ride malgré les 20 années qui se sont écoulées.  Ses premières tentatives d’explication n’étant pas très convaincantes, elle leur révèle avoir été enlevée par des fées… Une vérité difficilement acceptable pour ses proches…

« Comme un conte » apparaît comme un roman particulièrement fluide qui parvient à happer le lecteur, à s’intéresser aux personnages, à tourner les pages les unes après les autres.

Nous sommes en effet sur l’impalpable frontière entre le réel et le conte. Une frontière où domine la magie, une magie.

« Si vous voulez que vos enfants soient intelligents, lisez-leur des contes de fées. Si vous voulez qu’ils soient encore plus intelligents, lisez-leur encore plus de contes de fées. » (Albert Einstein)

Bonne lecture !