The Flash

b_1_q_0_p_0

Cette série doit être l’une des meilleurs séries que j’ai pu voir (et j’en vois beaucoup:)) et continue de l’être encore. Pour tous les fans de DC Comics (dont je fais parti :)), c’est très agréable de découvrir les origines de Flash, l’homme le plus rapide du monde. Surtout pour ceux qui comme moi on grandit avec les images du dessin animé de la Ligue des Justiciers qui certes datent un petit peu mais reste une très bonne adaptation. Dans cette adaptation, on ne trouve malheureusement pas beaucoup de détails sur Flash qui était pourtant l’un des principaux personnages faisant parti des fondateurs de la Ligue.

Mais aujourd’hui (enfin ça fait un an quand même :/) DC revient pour nous proposer le retour de ce héro méconnu Barry Allen alias The Flash. Le personnage de Barry joué par Grant Gustin fait aussi une apparition dans la saison 2 épisode 8 de Arrow qui nous permet d’avoir un premier aperçu de la personnalité du futur héro.

Comme vous l’aurez compris la série met en scène Barry et son équipe (qui deviendra sa famille) et les embarquent dans leurs aventures impliquant des méta-humains (vous vous demandez ce que signifie ce terme allez regarder la série :)). La série contrairement a celle de Arrow avec laquelle elle est liée apporte une sorte de lumière contrairement a Arrow qui agit plutôt dans l’ombre et reste un personnage entouré d’obscurité. Alors que Flash est plus lumineux, plus insouciant, plus enjoué ce qui fait un beau contraste entre les deux séries et renvoi a différentes thématiques.

le scénario est bien écrit et les acteurs bien choisit. Tous lutte contre les méta-humains et essaye de découvrir la vérité sur le meurtre de la mère de Barry et sur l’identité du Reverse Flash. La série s’épanouit à son rythme entre les buts finaux et les enquêtes sur les méta-humains. Et j’aime assez ce petit clin d’œil fait à la série des années 80 car l’acteur qui y jouait le Barry Allen, joue ici le père du nouveaux Flash et c’est un peu comme la relève et je trouve cela plutôt sympathique.

C’est une série que je pense ne pas oublier et continuer à regarder car elle nous apporte tous les bons ingrédients: amour, tragédie, vérité, humour, amitié, tristesse et douleur parfois.

Voila c’est fini, mais juste une dernière chose: faite attention car vous risquez de devenir accro!

 

Publicités

The Book of Ivy, tome 2 : The Revolution of Ivy de Amy Engel

Ce second (et dernier) tome démarre donc juste au moment où on a quitté Ivy.     Dans un univers désormais hostile, elle va devoir tenter de survivre, de se faire une place et surtout, d’oublier tout souvenir de sa vie d’avant. Malgré les douleurs et les doutes, le chagrin et les mensonges, Ivy va devoir se relever. Mais est-elle capable d’abandonner tous ceux qu’elle a aimés? Parviendra-t-elle a oublié son passé, à oublier Bishop? Et si le passé la rattrape, sera-t-elle capable de faire les bons choix? De grandes décisions doivent être prises, maintenant ou jamais….

Bonne lecture !

The Book of Ivy d’Amy Engel. – T.1

the book

Voilà cinquante ans qu’une guerre nucléaire a décimé la population mondiale. Un groupe de survivants d’une dizaine de milliers de personnes a fini par se former, et ce qui reste des États-Unis d’Amérique s’est choisi un président. Mais des deux familles qui se sont affrontées pour obtenir le pouvoir, la mienne a perdu. Aujourd’hui, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, lors d’une cérémonie censée assurer l’unité du peuple.

J’ai seize ans cette année, et mon tour est venu.

Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le garçon qu’on me destine, Bishop, le fils du président. Depuis ma plus tendre enfance, je me prépare pour ce moment. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes. Les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche…

Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera.

Née pour trahir et faite pour tuer… Sera-t-elle à la hauteur ? À la fois histoire d’amour torturée, thriller psychologique et dystopie cruelle, The Book of Ivy vous entraîne dans un compte à rebours haletant dont vous ne sortirez pas indemnes.

 

 Vous l’aurez compris, The Book of Ivy décrit une société « chacun pour soi », qui s’accroche à l’idée de survie au détriment de l’individu. Bon, et puis soyons honnêtes, au détriment de l’individu de sexe féminin qui, plus que jamais, ne sert guère plus qu’à fournir des bébés.

On peut être amoureuse et ne pas oublier de se servir de sa tête pour autan…- et The Book of Ivy est probablement plus un thriller psychologique qu’une douce romance. J’attends de voir la suite !

 « Peut-être qu’on attend trop de la liberté. »

Captivant, suspens garanti !

Bird Box de Josh Malerman

Depuis qu’ils sont nés, les enfants de Malorie n’ont jamais vu le ciel.bird box
Elle les a élevés seule, à l’abri du danger qui s’est abattu sur le monde.
Elle a perdu des proches, a assisté à leur fin cruelle. On dit qu’un simple
coup d’œil suffit pour perdre la raison, être pris d’une pulsion meurtrière
et retourner sa violence contre soi. Elle sait que bientôt les murs de la maison
ne pourront plus protéger son petit garçon et sa petite fille. Alors, les yeux
bandés, tous trois vont affronter l’extérieur, et entamer un voyage terrifiant
sur le fleuve, tentative désespérée pour rejoindre une colonie de rescapés.
Arriveront-ils à bon port, guidés par leur seule ouïe et leur instinct ?
Josh Malerman joue sur nos peurs les plus profondes et se classe, dans ce premier roman aux droits achetés par le cinéma, parmi les tout nouveaux maîtres du thriller.

Bird Box est le premier roman de Josh Malerman, chanteur et parolier du groupe de rock The High Strung, très connu aux USA.
Bird box est un roman qui se lit d’une traite, un page-turner angoissant. C’est Un roman impossible à poser, qui vous tient en haleine du premier au dernier mot.
Bird Box est un livre addictif, à la tension intense
Une totale réussite !

The 100

                The 100 (débuté en 2014)

Univers

318 survivants se sont réfugiés dans des stations spatiales après une apocalypse nucléaire causée par l’Homme lors d’une troisième Guerre Mondiale. Ils parviennent à y vivre et deviennent 4000. Au bout de 97 ans, l’Arche, est en piteux état.

Une centaine de jeunes délinquants emprisonnés sont choisis les chefs pour redescendre sur Terre et tester les chances de survie. Mais, ils arrivent sur une terre qui a mutée, dangereuse et sur laquelle il leur faut tout découvrir.

Deux saisons achevées une troisième en préparation. Environ 15 épisodes de 45 minutes. (Uniquement en VO pour le moment)

 

Bande annonce de la série

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19519608&cserie=11871.html

 

Avis

Cette adaptation des romans de Kass Morgan est plutôt réussie ! Comme parfois, avec les livres, les deux premiers épisodes sont moyens. Néanmoins, le concept est exploité à son maximum par la suite ! A l’égal de Walking Dead les créateurs maintiennent le réalisme, n’hésitant pas à éliminer les personnages quand l’intrigue le réclame. Pas de machinisme, ni de romance excessive (y en a quand même un peu) mais une vraie lutte au jour le jour pour survivre. Je vous recommande chaudement de tester The 100…

DC

The Young World de Chris Weitz

Des ados pour seuls survivants ?young world

Le roman de Chris Weitz prend place dans un décor post-apocalyptique : suite à une contamination, seuls les adolescents ont survécu, protégé par leurs hormones. Une protection qui s’écroule dès la maturité physique atteinte. Les adolescents sont donc confrontés à un double problème : l’absence des adultes, et leur propre fin en approche. C’est pourquoi Jeff et les siens sautent sur la proposition de Brainbox : traverser New-York pour aller à la bibliothèque, afin d’y chercher un article scientifique qui pourrait tout changer. Un premier tome dans cet univers post-apocalyptique qui fait froid dans le dos de part ses horreurs mais également par le côté réaliste et crédible de la situation….

On s’attache à ces jeunes, percutants et tellement charismatiques malgré leur âge et les événements.

Cela reste un récit destiné aux jeunes adultes mais sa qualité est indéniable.

The Young World est un roman digne du genre : action, rebondissements et une fin qui ne nous donne qu’une envie : lire la suite !